Bientôt l’examen de son projet de loi sur l’immigration au Sénat

Le 6 novembre prochain, le Sénat examinera le projet de loi sur l’immigration porté par Gérald Darmanin. À deux semaines de cet événement, le ministre de l’Intérieur s’est exprimé dans les colonnes du Journal du dimanche pour présenter les grandes lignes de son texte.

Un texte jugé “le plus ferme avec les mesures les plus dures depuis trente ans”

Ce projet de loi, selon le ministre de l’Intérieur, sera “le plus ferme avec les mesures les plus dures depuis trente ans”. Un signe fort envoyé à l’opinion publique et à la droite, qui s’oppose fermement à ce texte.

Darmanin prêt à “discuter” sur l’article 3

Interrogé sur l’article 3 de son projet de loi, consacré aux métiers en tension, Gérald Darmanin s’est dit prêt à “discuter” avec les différentes parties prenantes. Ce point suscite en effet des débats houleux entre ceux qui souhaitent que cette mesure soit intégrée dans la loi et ceux qui la préfèrent dans un décret ou une circulaire.

Certaines questions “non centrales” peuvent être débattues selon Darmanin

Le ministre de l’Intérieur a également évoqué la gravité de la situation pour justifier des compromis sur des sujets qui ne sont pas jugés “centraux”. Il précise cependant qu’aucune question ne sera taboue si cela peut être efficace pour protéger les Français.

L’article 3 du projet de loi cristallise les tensions

L’article 3 du projet de loi sur l’immigration prévoit la mise en place d’une carte de séjour d’un an pour les étrangers travaillant clandestinement dans des secteurs en tension tels que le BTP ou l’hôtellerie. Cette mesure est considérée par le parti Les Républicains comme une ligne rouge, au point de menacer de déposer une motion de censure si le gouvernement venait à passer en force. Ces tensions témoignent de l’importance du texte de Gérald Darmanin, qui devra faire face à une opposition déterminée à l’Assemblée nationale comme au Sénat.

“L’heure est grave” : un signe de la détermination du ministre

En affirmant que “l’heure est grave”, Gérald Darmanin souhaite sans doute marquer sa détermination face à cette opposition. La présence de ce titre sur le projet de loi sur l’immigration est un signe fort envoyé aux Français, mais également aux députés et sénateurs qui discuteront et voteront ce texte. Reste à savoir si cela sera suffisant pour faire passer le projet de loi du ministre de l’Intérieur. Comme souvent dans ce genre de cas, tout se jouera sur des compromis et des négociations entre les différentes parties pour parvenir à un consensus. Dans tous les cas, l’examen de ce projet de loi promet d’être animé et de générer de nombreuses discussions.