Retrouvez Cerises en ligne sur www.cerisesenligne.fr

Pour une culture et un monde de paix

Le 24 septembre ont eu lieu dans 16 villes de France des "marches pour la paix", dans la foulée de la Journée mondiale de la Paix. Cerises publie une réaction de Louis Aminot le même jour et quelques illustrations1¨.

La militarisation croissante des budgets "défense" et de l'économie du "monde occidental" - formulation pour le moins suspecte tant ses arrogantes ambitions de domination guerrière se dirigent désormais ouvertement contre les ennemis de l'intérieur (lire les textes de l'OTAN), c'est-à-dire les peuples en quête d'émancipation -, de même que l'extase quasi générale des médias pour les ventes d'armes devraient attirer l'attention de tous les démocrates.

La militarisation ne se réduit pas aux biens matériels, au désir effréné de profits ou de domination... La militarisation vise (d'abord ?) à polluer et à avachir les esprits...

Garantir et fortifier leur hégémonie politico-culturelle reste l'objectif clé des tenants du système… Soumission, obéissance, respect de la hiérarchie, transfert de l'initiative citoyenne à l'autorité, acceptation du secret, du commandement, ralliement au leader au panache le plus souvent blanc, croyance générale aux chefs et leaders sauveurs, puissance, mainmise sur les médias par les financiers et les industriels de l'armement, développement du chauvinisme national, etc., etc., cette dimension "régalienne" à multiples facettes demeure un pilier voire l'outil privilégié de la domination des puissances supra-nationales... (voir Alain Joxe)

Tant mieux si la marche pour la paix d'aujourd'hui contribue à réinsérer la problématique "guerre et paix" dans les préoccupations principales des forces progressistes les plus déterminées... Il y a tant à dire et à faire.

Là, on dénonce la croissance budgétaire, y compris nucléaire.

Oser dire "non" est le premier pas de la Résistance vers la création. Cependant, les propositions alternatives demeurent floues. La tendance, pour moi négative, est de s'en remettre principalement aux évolutions et décisions internationales. En pesant... autant que faire se peut, nous dit-on.

Or, nous sommes dépourvus d'Internationale dont l'objet serait aussi, dialectique, de coordonner les initiatives dans les entreprises, au niveau local, régional, national, européen, proche et moyen oriental, africain.

Et le devenir des industries de l'armement n’est pas évoqué.

Bref, nous avons du pain sur la planche de la "démilitarisation" assumée comme processus de construction de la paix et de lutte contre la déréglementation du climat.

À Paris et à MarseilleÀ Gennevilliers où, comme dans d’autres villes ou établissements scolaires enfants et jeunes ont été associés à la construction d’une culture de paix
À Paris et à MarseilleÀ Gennevilliers où, comme dans d’autres villes ou établissements scolaires enfants et jeunes ont été associés à la construction d’une culture de paix

1. Photos : Mouvement de la Paix et P. Leclerc, posts Facebook.