Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Editoriaux

Face à la violence d’État : mondialité

Le gouvernement réactionnaire espagnol a de nouveau choisi la répression et la provocation en bafouant le Parlement catalan, en poursuivant le Président et en arrêtant huit des membres du gouvernement de la Région catalane après avoir d’abord lancé sa police contre les citoyens et arrêté deux dirigeants indépendantistes.

On ne peut certes ignorer le caractère hétérogène des autonomistes et des indépendantistes, la diversité de leurs motivations : repli identitaire chez les uns, revendication légitime du droit à l’autodétermination chez d’autres, et chez d’autres encore exigence de justice sociale et d’égalité politique face au régime espagnol néolibéral, austéritaire. Mais il est clair que les refus réitérés d’un référendum, les atteintes successives à l’autonomie de la Catalogne ont contribué non à unifier mais à renforcer la revendication indépendantiste. Le statut de 2006, hérité d’un texte de 1932 annulé par la dictature franquiste, a été amputé d’articles importants en 2010, alors que l’actuel Premier ministre, Mariano Rajoy, était déjà porteur du recours contre l’autonomie. La réaction a de la suite dans les idées. Et l’Union européenne penche de ce côté en condamnant les Catalans qui affirment leur droit à l’autodétermination.

Le combat continue, dans un état de crise extrême, pour refonder le statut d’autonomie de la Catalogne et l’égalité des régions espagnoles. Mais il faut aussi replacer la question de la souveraineté populaire dans un monde mondialisé, la souveraineté des peuples dont le présent et l’avenir ne peuvent plus être la juxtaposition de micro-territoires, la fermeture politique sur de nouvelles frontières, la concurrence économique. Il s’agit bien, à chaque échelle de territoire en lutte, de poser l’exigence d’égalité dans la coopération, la reconnaissance et le brassage des cultures, l’émancipation de chaque composante de la planète au bénéfice de toutes : catalane, corse... et - peut-être surtout - palestinienne, sahraouis, rohjava. Edouard Glissant appelle cela « la mondialité ». À construire.