Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cuisine alternative

Faire un pas côté

Une nouvelle journée d'action contre la loi travail XXL et les réformes à venir du gouvernement Macron est prévue le 16 novembre prochain. L'unité syndicale qui peine à se construire s'élargit cependant. FO secoué par sa base militante rejoint le mouvement, la CGT et Solidaires le poursuivent, rejoints par la FSU qui met dans le pot commun la question de la sélection à l’université. Si l’objectif est de gagner, la question de l’unité syndicale est un point d’appui. Mais la succession de journées d'action risque de d'épuiser les forces militantes, d'accentuer le doute sur l'efficacité de telles mobilisations. On peut toujours se rassurer en se disant que Macron le paiera bien un jour mais ce n'est pas très porteur.

Depuis plus de 30 ans les luttes qui se développent sont des luttes défensives et il faut remonter à 2006 et les mobilisations contre le CPE pour retrouver une unité d'action qui fait reculer le gouvernement Chirac.

L'action est incontournable. L'unité aussi. Mais agir suppose d'avoir une idée claire sur ses objectifs et encore plus agir ensemble même si les chemins pour y parvenir peuvent être divers.

Faisons un pas de côté.

Donner de la force aux luttes sociales ne suppose-t'il pas d'opposer à la cohérence du Macronisme un projet alternatif cohérent ?

On va s'engueuler, diront certains, et ce n 'est pas comme ça qu'on va construire de l'unité. Faisons au contraire l'hypothèse que d'aborder les questions de fond peut contribuer à construire de l'unité.

Plusieurs expériences vécues montrent que les attentes existent.

Donner de la force aux luttes sociales ne suppose-t'il pas d'opposer à la cohérence du Macronisme un projet alternatif cohérent ? Faisons l'hypothèse que d'aborder les questions de fond peut contribuer à construire de l'unité.

La FSU Bretagne organise à la rentrée un stage syndical de 2 jours dont le thème est ni plus ni moins : dépasser le syndicalisme défensif et construire les alternatives. Sont traités au cours de ce stage des sujets comme le travail, le rapport du social au politique les enjeux climatiques. Le stage est un succès, la FSU a dû refuser des inscriptions.

Deuxième expérience. Dépassant son champ habituel d'action, le SNEP 35 décide de participer à l'organisation d'un tournoi sportif avec les migrants et leurs soutiens qui occupent un gymnase à Rennes et décide d'en informer tous les professeurs d'EPS du département. Cela en dit long sur les possibilités d'agir au delà de son champ d'action habituel.

Troisième expérience. Le collectif des Jours heureux de Rennes qui rassemble plusieurs organisations - ACE Attac, FSU, CGT- a organisé des projections débats avec des films militants comme La Sociale de Gilles Péret. Chaque débat est l'occasion d'aborder des enjeux de société. Plusieurs milliers de personnes connaissent et participent à ces projections débat. L’idée chemine d'avoir une expression commune sous forme d’un 4 pages sur la Sécurité sociale et son projet lié au principe "Chacun participe à la hauteur de ces moyens et reçoit en fonction de ses besoins".

Bien sûr tout cela ne fait pas projet politique commun mais montre que des possibilités existent pour y travailler.