Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Monde / Flan au pruneau

Alain Curde : le bonheur, et c’est tout.

Le village d'Alain Curde en 2015
Le village d'Alain Curde en 2015
C’est avec émotion que le chanteur Alain Curde a donné l’ultime concert de sa 3e tournée d’adieux lors de la Fête de l’Huma 2104. L’occasion pour lui de fêter ses 100 ans, et pour le journal ses 200. Le concert avait failli être annulé pour cause de cyclone. Mais un malin en génie climatique a réussi à fabriquer une heure de soleil sur la Courneuve, pour le bonheur du chanteur et du public.

Lors du concert, Alain Curde – de son vrai nom Aylan Kurdi – a rappelé qu’il était devenu français le 18 septembre 2015 alors que ses parents syriens, fuyant la guerre, séjournaient dans un village vosgien, dans l’attente d’un visa pour l’Allemagne. Dès l’obtention de la nationalité française d’Aylan Kurdi, le père, baryton, ouvre un restaurant syrien à Strasbourg où il chante pour les exilés d'Orient. Musique, théâtre, avec sa femme comédienne, ils élèvent Aylan, au milieu des artistes qui fréquentent l’endroit. Le petit Aylan veut devenir chanteur, prend un nom de scène et débute une carrière. Il puisera son inspiration auprès du franco-suisse-arménien Charles Aznavour, auquel il a rendu hommage sur la Grande Scène en reprenant "Emmenez-moi".

« Ils viennent du bout du monde
Apportant avec eux
Des idées vagabondes
Aux reflets de ciel bleu
De mirage
Traînant un parfum poivré
De pays inconnus
Et d'éternels étés
Où l'on vit presque nu
Sur les plages

Emmenez-moi
Au bout de la terre
Emmenez-moi
Au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil.
 »

Interviewé sur RTL, Alain Curde a déclaré : « La France m’a offert, ainsi qu’à plusieurs milliers de mes compatriotes, une existence. Certes, quand mes parents sont arrivés au village en 2015, celui-ci était à reconstruire. Plus de Poste, de boulanger, de garagiste, de médecin, d’agriculteur, de peintre, de maçon. Heureusement toutes les professions sont sur les routes avec ceux qui fuient. Nous avons rénové, labouré, commercé, joué au foot, vécu en paix. L'argent ? On s’est débrouillé. On a emprunté une petite somme pour acheter le matériel, et zou ! On a rouvert une école aussi. C’est là que j’ai appris la langue française et à l’aimer. »

Certains racontent qu’Alain Curde veut aujourd’hui vivre en Suisse. N’importe quoi. Il y a réfugié et réfugié.