Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Monde

Une crise européenne pour refonder l’Europe

Parfois, l’histoire s’accélère, et tout alors est sur la table. L’élection d’une majorité antilibérale en Grèce et les rapports de force qui s’ensuivent avec les libéraux orthodoxes de l’Union européenne créent une situation nouvelle sur le Vieux continent. Ceux qui, comme Cerises, portent depuis longtemps l’idée d’une réorientation de l’Europe, et celle de transformer l’euro monnaie unique (outil de compétition égoïste) en une monnaie commune (outil de coopération), sont interpellés.

La fuite en avant libérale de l’UE a certes depuis longtemps douché les espoirs d’une prise de conscience des effets dramatiques des politiques d’austérité, qui sont pourtant sous les yeux de chacun avec l’ampleur des phénomènes de pauvreté et le délabrement des services publics. Ce sont là les résultats du refus de rompre avec le dogme capitaliste de la bonne marche naturelle de l’économie.

Le nouveau est cependant que, face à la volonté d'une relance keynésienne de l’économie validée par les urnes, le veto est total. Toute transgression de l’ordre libéral est inacceptable car elle ouvrirait une brèche pour toutes les forces d’émancipation du continent. Nous ne pouvons donc pas ignorer le cynisme des dirigeants européens, leur volonté que le monstre technocratique écrase toutes les aspirations égalitaires. Et plus personne ne peut espérer que l’UE pourrait changer de politiques sans heurts et sans dommages. Sauf à croire qu’une révolution pourrait se faire dans la soie ! Au total, une crise politique s’avère nécessaire pour rompre avec l’intransigeance austéritaire et la dérive antidémocratique en cours.

La sortie de la Grèce de l’Union ? Possible, malheureusement. L’explosion de la zone euro ? Aussi. Les tabous sont en train de sauter et nous voyons bien que les libéraux créent les conditions d’un échec global de l’Union. Ce sont les commissaires de Bruxelles et leurs amis banquiers qui, en réalité, sont prêts à sacrifier l’ambition européenne. Il faut accepter que nous entrons dans une phase de puissantes secousses politiques, où il s’agira, contre tout repli nationaliste et raciste, de refonder la construction européenne. Reste que seule une puissante mobilisation citoyenne pourra mettre à l’ordre du jour l’égalité et la démocratie.