Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Monde

"L'espoir est en marche !"

Le gouvernement Samaras qui rassemblait la droite et le Pasok mais aussi l'homologue du FN, le parti Laos, est tombé. Reste à vaincre la peur de s'opposer aux institutions capitalistes. Et donc, si la victoire de SYRIZA dimanche prochain est fort probable, c'est son ampleur qui est le véritable enjeu de ce dimanche 25 janvier : SYRIZA pourra-t-elle former seule un gouvernement stable ?

SYRIZA mène campagne autour de trois thèmes :
- un ensemble de mesures sociales immédiates pour mettre fin à la crise humanitaire ; une nécessité dans un pays où perdre son emploi signifie perdre son droit à la sécurité sociale un an plus tard 
;- une série d'engagements concernant les droits des travailleurs, les droits sociaux, les droits au logement, à l'éducation et à la santé ainsi que la relance du marché intérieur et particulièrement du petit commerce et de l'artisanat 
;- une rupture dans le contenu des négociations avec l'Europe et le FMI pour mettre un terme à la soumission de la Grèce aux diktats des milieux financiers.

Ce dernier point n'est pas le moindre : le peuple grec est humilié, chaque décision politique est soumise à l'aval de la Troïka, l'émigration économique a repris, des maladies comme la malaria sont réapparues, le taux de suicide a été multiplié par 3. La société menace de se déliter ; refonder une démocratie politique et sociale est une urgence.

L'idée a grandi, au delà de toutes les barrières traditionnelles, que les seuls à qui l'on peut raisonnablement donner une chance sont ceux qui se sont opposés à la politique des mémorandums depuis le premier jour, qui ont organisé la résistance dans les quartiers et les bourgades par l'action concrète, qui ont pris des mesures d'urgence pour les plus démunis dans la grande Région de l'Attique après leur victoire en juin dernier.

L'enjeu du vote grec dépasse les frontières nationales : que, contre le faux dilemme entre un centre-droit et un centre-gauche d'accord sur "l'essentiel", le peuple grec reprenne en main son destin et c'est tout l'œcuménisme social-libéral qui en sera secoué.

À nos camarades de SYRIZA, à tout le peuple grec, nous adressons le vœu de Saint-Just : « Que l'Europe apprenne que vous ne voulez plus un malheureux, ni un oppresseur (...) ; que cet exemple fructifie sur la terre ; qu'il y propage l'amour des vertus et le bonheur ! Le bonheur est une idée neuve en Europe. »