Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Fromage et dessert

Le doigt dans le clafoutis - La vie du rail

9 & 10 décembre 2011, Assemblée générale des Communistes unitaires à Saint-Ouen. Dans une ambiance studieuse, je pense à la pièce de Tennessee Williams Un tramway nommé Désir et me dit que Le Front de gauche est un train. Qui pourrait être nommé "Front de gauche pour une alternative sociale et écologique". Pour lequel nous ne sommes pas obligés de prendre le wagon de queue. Dans lequel rien ne nous interdit d’emmener nos bagages. Où nous revendiquons de ne pas être contrôlés.

La locomotive ? Nous lui apportons du combustible. Le signal d’alarme ? Nous pouvons le tirer. D’ailleurs, nous le faisons.

On me dira : « L’important, c’est le conducteur. » Évidemment pour un adulte, "locomotive" prend dix lettres quand "train" n’en prend que cinq. Mais pour les gosses avant qu’ils ne sachent écrire, quel est l’objet le plus grand ? La "locomotive" ou le "train" ?

Nous voulons que ce train du Front de gauche soit gratuit. Sans 1ère et 2e classes. Sans réservations. Avec de la place pour toutes et tous. Qu’il soit un train "Service public", c’est bien le moins. Moderne et déroutant, ce serait vraiment un plus.

Nous sommes dans ce train pour dire aux machinistes : « Voyez-vous ces compartiments vides ? » Pour faire monter ceux qui le désirent, des voyageurs en partance, des routards en errance, des travailleurs en déshérence…

Nous sommes dans le train du Front de gauche pour le faire changer d’aiguillage sans le faire dérailler. Lui faire prendre la voie "changement de société" plutôt que le garage "bon gouvernement", la destination "projet global" plutôt que la gare "programme". 

Nous sommes dans ce train en étant avec celles et ceux qui sont en salle d’attente, à quai. Ne peuvent prendre les transports. Avec les indignés qui bloquent les voies, les salariés qui les remplacent, les usagers qui les ont financées. Avec celles et ceux qui veulent changer la société à pied, à cheval ou en vélo.

Nous ne sommes pas dans le train du Front de gauche pour faire pipi dehors. Ou en dehors de lui pour faire pipi dessus. Nous sommes dans ce train-là pour mieux regarder dehors. Nous aimons les paysages en mouvement.