Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

S comme socialisme

Le socialisme est devenu l’objet introuvable de la pensée politique française. Non le socialisme en tant que mouvement politique (encore qu’il soit bien mal en point) mais le socialisme en tant que modèle de société censée s’opposer au capitalisme et le dépasser.

Le fait de se dire socialiste n’implique pas que l’on soit pour le socialisme. Au [...]

Lire la suite

R comme révolution

La notion de révolution a-t-elle encore un sens au XXIe siècle ?

Le discours politique dominant (celui que tiennent les élus ou ceux qui aspirent à l’être) rejette de manière quasi unanime la violence. (Sauf s’il s’agit du "maintien de l’ordre" dans les banlieues ou de "projeter nos troupes sur des théâtres d’opération extérieurs").

Lire la suite

R comme revenu universel

Avec sa proposition de revenu universel d’existence Benoît Hamon a relancé une idée qui fait débat depuis un certain temps dans une partie de la gauche, chez les écologistes et aussi du côté des "libéraux". En France, mais aussi à l’étranger puisque, sous des formes et avec des inspirations différentes, ce revenu est pratiqué, testé ou envisagé dans plusieurs pays, comme l’Alaska, la Finlande et, sur une petite échelle, l’Allemagne.

[...]

Lire la suite

P comme Peuple (le retour)

Nous avons déjà eu l’occasion de dire ce que nous pensions de l’usage actuel du mot "populisme". Le plus souvent encore, il est utilisé en mauvaise part, comme un synonyme de "démagogie", pour discréditer celui qui en est qualifié. "Populiste" est effectivement devenu un terme confusionniste et commode qui permet de mettre dans un même sac tous ceux qui s’opposent au "système" actuel, que ce soit à partir d’un point de vue réactionnaire, pro-capitaliste et xénophobe ou, au contraire, dans une perspective progressiste, socialiste et internationaliste.

[...]

Lire la suite

P comme Parti (question toujours posée)

Aujourd’hui, c’est un pont-aux-ânes que de parler de la désaffection des Français envers les partis. Le phénomène touche autant les partis qui combattent le système (notion sur laquelle il faudra revenir) que ceux qui le défendent. Et il n’est pas circonscrit à la France. Un peu partout, les progressistes sont orphelins de leurs organisations anciennes et à la recherche, comme aurait dit Rimbaud, « du lieu et de la formule ».

[...]

Lire la suite

M comme mouvementisme

Lors des discussions préalables au vote des communistes sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon, nous avons vu resurgir le qualificatif de "mouvementiste" appliqué à ceux qui, membres du parti ou non, étaient supposés vouloir subordonner le parti au mouvement de la France insoumise. Et du coup menacer son existence. Ce débat a été conclu par un vote majoritaire. Il ne s’agit pas d’y revenir mais de nous arrêter un instant sur cette question des rapports parti-mouvement.

[...]

Lire la suite

N comme Nation (internationaliste)

La nation est un fait… et une idée, qui ne se laissent pas « capturer aisément, comme le faisait remarquer Paul Valéry. Le fait essentiel qui les constitue, leur principe d’existence, le lien interne qui enchaîne entre eux les individus d’un peuple, et les générations entre elles, n’est pas, dans diverses nations de la même nature. Tantôt la race, tantôt la langue, tantôt le territoire, tantôt les souvenirs, tantôt les intérêts instituent diversement l’unité nationale d’une agglomération humaine organisée » (Regards sur le monde actuel). Le sentiment national en tout cas existe. Il y a même un nationalisme de ceux qui n’ont rien. Quand on est démuni de tout, ce qui reste, c’est souvent le sentiment d’appartenance à une communauté fondée sur le sol, le sang, la religion ou l’Histoire…

[...]

Lire la suite

P comme Palestine (Retour de)

A Bethléem : "Faites du houmous, pas un mur"
A Bethléem : "Faites du houmous, pas un mur"

Lire la suite

L comme laïcité

Plus d’un siècle après l’adoption de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État, la notion de laïcité continue de susciter les passions et les polémiques, en France, mais aussi à l’étranger. Même si la grande majorité des citoyens français s’en réclame, et si la laïcité est perçue comme une valeur fondamentale de la République, son interprétation et son application font régulièrement l’objet de controverses.

[...]

Lire la suite

V comme Venezuela

Une invitation à participer au Treizième festival  de poésie de Caracas nous a amenés à nous rendre au Venezuela au début de l’été. L’occasion d’approcher un peu la réalité de ce pays, par delà les clichés et la désinformation dont il fait l’objet. Essayer de comprendre, pour savoir où en est la "révolution bolivarienne" initiée par Chavez, qui, vue d’ici, paraît en grande difficulté. Et peut-être, à travers le cas du Venezuela, comprendre un peu mieux ce qui est en train de se passer dans toute l’Amérique latine. Au cours de la décennie précédente, ce continent a connu un renouveau impressionnant du mouvement progressiste, sous des formes différentes, renouveau qui a suscité des espérances jusqu’en Europe. Mais aujourd’hui, ce mouvement essuie des revers, de l’Argentine à la Bolivie en passant évidemment par le Brésil, avec le coup d’État institutionnel contre Dilma Roussef.

[...]

Lire la suite

J comme jeunesse

La jeunesse fait aujourd’hui l'objet d’un paradoxe. Notre société pratique en effet le culte de la jeunesse au point qu’on a parfois pu parler de "jeunisme". Et ce jeunisme n’épargne personne, ni les entreprises, ni les médias, ni les formations politiques… La jeunesse serait parée de toutes les vertus. Elle serait par essence une qualité qu’il faudrait s’attacher à conserver. Les conseils diététiques, sportifs et les crèmes antirides (pour femmes comme pour hommes) ne manquent pas qui nous font la promesse de cette éternelle jeunesse. Il y a un culte de la jeunesse prise comme idéal. Dans le même temps, la jeunesse réelle, celle qui vit non pas dans le ciel des idées et des représentations, mais sur le sol de la vie concrète et dans les rues des villes et des villages, cette jeunesse-là connait une situation matérielle et morale difficile, souvent plus difficile que celle des générations précédentes, au point qu’on peut parler de "misère de la jeunesse".

[...]

Lire la suite

I comme Insoumission (vertu de l’insoumission)

L’insoumission est de retour. Elle accompagne le retour sur le devant de la scène de la question sociale. Quand un fleuve entre en crue et sort de son lit, les autorités déclenchent l’alerte rouge. Et quand un peuple sort de son lit pour descendre dans la rue, il en va de même dans les hautes sphères. La rébellion contre le projet nommé par antiphrase "Loi travail" est une réaction d’auto-défense du monde du travail. Mais elle manifeste en même temps l’insoumission d’une partie de la population envers le discours dominant. La litanie selon laquelle il faut remettre en cause les acquis pour relancer l’emploi commence à avoir du mal à passer. Non seulement, le résultat n’est pas garanti, mais, plus encore, beaucoup de salariés ne sont pas prêts à relancer la croissance à n’importe quel prix, au prix notamment d’une nouvelle régression de leurs droits et de leur sécurité. La façon dont les cheminots, les salariés du secteur pétrolier ou les agents EDF assument que la grève entraîne des pertes importantes de chiffre d’affaires pour leur entreprise est révélateur. Ils savent que c’est en tapant à la caisse qu’ils peuvent faire plier leur patron, et par voie de conséquences, le gouvernement.

[...]

Lire la suite

I comme individu (quelle figure ?)

Dans un essai plein d’esprit, paradoxal et brillant, L’Âme de l’homme sous le socialisme, l’écrivain anglais Oscar Wilde, en 1890, prenait parti pour le socialisme, et même le communisme, au nom de l’individualisme.

Lire la suite

I comme Insurrection citoyenne

Lors des manifestations parisiennes contre la loi El Khomry, le spectacle des têtes de cortège pouvait donner à réfléchir. D’abord, il n’était pas courant de voir auparavant des manifestations commencer par un défilé de policiers déguisés en "Robotcops". Cette démonstration de force confirme si besoin était que l’État se distingue toujours par le monopole de la violence légale. Les brutalités de policiers envers de nombreux jeunes, salariés, intermittents et les provocations organisées avec des policiers en civil déguisés en casseurs, montrent que le gouvernement dit socialiste n’a pas oublié les bonnes traditions. Avant le démarrage, on a aussi pu voir la police jouer avec un nouveau gadget : un drone pour photographier les manifestants. (Au mépris, au passage, de la réglementation qui interdit leur usage dans les zones urbaines.)

[...]

Lire la suite

I comme Internationale

Un spectre hante le monde, celui de l’Internationale… qui semble aujourd’hui n’être en effet plus qu’un fantôme de l’histoire ouvrière.

Lire la suite

I comme identité

La question de l’identité est aujourd’hui omniprésente. Identité nationale, identité sexuelle, revendications identitaires…, le souci de l’identité semble pénétrer partout, jusque dans les formules toutes faites du langage parlé. Qui n’a entendu un responsable quelconque déclarer que telle ou telle chose était "dans l’ADN" de son mouvement ou de son entreprise ? S’il est si souvent fait référence à l’identité, sans doute est-ce justement que celle-ci est moins évidente qu’elle ne le fut à d’autres époques. La question d’Hamlet "être ou ne pas être" n’est plus réservée aux planches des théâtres. Elle est dans toutes les têtes.

[...]

Lire la suite

H comme Homme ou humain

Qui se souvient de la controverse des années soixante sur l’humanisme, entre philosophes marxistes ? Elle n’était pourtant pas sans enjeux. Althusser se prononçant pour un « antihumanisme théorique »1, entendait guérir le marxisme de la contamination d’un certain humanisme abstrait et impuissant. Ce souci n’était pas dénué de raison… et il garde une certaine pertinence.

[...]

Lire la suite

G comme gratuité

La revendication de la gratuité n’a pas bonne presse en ce moment. Il est de bon ton de s’en prendre à "l’idéologie de la gratuité" qui serait le symptôme même de l’utopisme, péché originel supposé du communisme. L’échec des expériences socialistes du XXe siècle et la contre-offensive du capitalisme qui essaye d’élargir la sphère des rapports marchands expliquent évidemment que la gratuité ne soit pas à la mode. Paradoxalement, la prise de conscience écologique peut apporter de l’eau à ce moulin. L’idée qu’il y a des ressources non renouvelables poussant à une utilisation économe, au sens originel du terme, des richesses de la planète semble contredire l’aspiration ancestrale à l’abondance.

[...]

Lire la suite

G comme guerre (à la guerre)

Nous vivons (depuis la guerre du Golfe au moins) sous la menace, peut-être pas de la guerre atomique mondiale, mais des guerres atomisées de la mondialisation.

La guerre n’a pas disparu de notre horizon. Sommes-nous déjà entrés dans une troisième guerre mondiale ? Ce qui se passe actuellement nécessite un effort de compréhension. Nous n’avons [...]

Lire la suite

G Comme Gauche (en question)

La Gauche est-elle menacée de passer l’arme à gauche ? Et faut-il renoncer au mot lui-même, en tout cas, cesser d’en faire la référence magique qui devrait permettre de renouer avec la confiance du peuple ? La question se pose. Elle a été posée par plusieurs (dont le philosophe Jean-Claude Michéa1) et mérite réflexion.

Lire la suite

F comme fascisme

Au lendemain du premier tour des Régionales, Pierre Laurent, dans l’Humanité, qualifiait le FN de parti "libéral-populiste". Sans doute cela exprime-t-il une tentative de mettre à jour l’analyse ; mais cela mériterait vraiment discussion. Ce n’est pas en accolant deux mots piégés et eux-mêmes sources de confusion, "libéral" et "populiste", que l’on rend les choses plus claires.

[...]

Lire la suite

F comme Fraternité

"Troisième marche du divin perron", comme disait Victor Hugo, la Fraternité est encore aujourd’hui la grande oubliée du triptyque républicain.

Lire la suite

E comme égalité

Dans le triptyque républicain, si la Liberté fait à peu près l’unanimité (mais pour combien de temps ?), l’Égalité et la Fraternité posent problème à beaucoup de nos concitoyens. Nous avons ainsi entendu un jour le philosophe André Comte-Sponville (que nous avions connu étudiant à l’ENS et militant de l’UEC), lors d’une conférence à la Pitié Salpêtrière, dire en substance que la fraternité était une notion peu évidente en philosophie et que l’idée d’égalité avait conduit aux dérives que l’on sait. (Celles du communisme, évidemment).

[...]

Lire la suite

E Comme Écosocialisme II

Dans un premier article, de caractère plutôt théorique, nous avions évoqué la relecture écologiste de Marx par John Bellamy Foster. Puis, par un détour jusqu’en Chine, dans un article plus "pratique", nous avons rendu compte de ce que nous avions vu dans ce pays où le régime, qui se veut socialiste, cherche visiblement à concilier impératifs de développement et impératifs écologiques. (Il va sans dire que cet article n’avait pas la prétention de faire le tour des questions que nous pouvons nous poser sur la Chine.) Dans ce troisième volet, consacré à la question de l’écosocialisme, nous voulons seulement esquisser une piste de réflexion pour ici et maintenant.

[...]

Lire la suite

Détour par la Chine

Notre dernière chronique portait sur les fondements théoriques possibles d’un "marxisme écologiste"…1 Aujourd’hui, sur la lancée des vacances d’été, nous voudrions nous livrer à un détour (de quelques dix mille kilomètres…), détour qui nous ramènera à notre sujet.

Nous venons en effet de passer quinze jours en Chine à l’occasion d’un festival [...]

Lire la suite

E comme écosocialisme (I)

Depuis quelques années, le terme (qui aurait fait son apparition en 1975 sous la plume de Joël de Rosnay) commence à s’imposer dans le paysage idéologique. Il désigne le courant de pensée, assez divers, pour qui la défense de l’environnement est à terme incompatible avec le maintien du capitalisme.

Lire la suite

D comme Démocratie – II

(mouvement populaire pour le pouvoir du peuple)

Lire la suite

D comme Démocratie (I)

(la souveraineté des arguments)

Lire la suite

C comme Climat (politique du)

De tout temps ou presque, les hommes ont pensé que le climat conditionnait leur vie. Déjà, chez Aristote : « Les peuplades des régions froides, c’est-à-dire de l’Europe, sont pleines de cœur ; mais sont plutôt dépourvues d’intelligence et d’habilité... Celles d’Asie, par contre, ont l’âme intelligente et habile, mais sont sans courage… ». Et il conclut (comme on pourrait s’en douter) : « La race des Hellènes, comme elle occupe une région intermédiaire, partage certains caractères avec les deux groupes précédents. Elle est en effet à la fois pleine de cœur et intelligente. »1

[...]

Lire la suite

C comme "Conscience de classe"

Au moment où le Front national tente de se faire passer pour le parti des ouvriers, il parait urgent que la gauche véritable renoue avec une analyse et un discours de classe.

Lire la suite

C Comme Communisme

Le communisme parait aujourd'hui un mot difficile à définir, même et peut-être surtout pour les communistes. Un mot qui semble menacé de disparition, victime de la condamnation sans appel dont font l'objet sous nos climats les révolutions du XXe siècle, synonymes pour le plus grand nombre d'utopie, d'échec et de crime.

Lire la suite

B Comme Bloc historique

Antonio Gramsci recourt à la notion de "bloc historique" à plusieurs reprises, particulièrement quand il aborde la question du Mezzogiorno. Ce faisant, il enrichit sérieusement le marxisme (qu’il nomme « la philosophie de la praxis ») en pensant spécifiquement la politique, la question du pouvoir. S’appuyant sur Lénine et la notion d’hégémonie, il pousse celle-ci plus loin. L’hégémonie, selon lui, repose non seulement sur la capacité du bloc au pouvoir à exercer sa domination sur les classes subalternes mais aussi sur son aptitude à obtenir un certain consensus. Ce consensus qui permet la constitution d’un "bloc historique" est produit à la fois par l’idéologie et par les rapports sociaux. En ce sens, le bloc historique est l’union réalisée des structures et des superstructures.

[...]

Lire la suite

A, comme Appropriation (sociale)

Le mot désigne une des passions les plus fortes et les plus anciennes de l’humanité. Celle-ci se manifeste chez l’individu dès la prime enfance. Il suffit de voir des nourrissons jouer ensemble, s’arracher des jouets des mains (ou parfois se les donner) pour savoir que la passion d’avoir est constitutive de l’être humain. Elle le constitue comme "être".

[...]

Lire la suite

A, comme Athéisme (conséquent)

Aucune croyance, mais plus généralement aucune idée, ne peut exiger d’être respectée au point d’être intouchable (...) aucune ne peut se soustraire à l’examen critique. Voire à la satire, laquelle, pour être efficace, suppose une culture partagée… Une culture à partager, si nous voulons que le rire reste le propre de l’homme.

La défense de [...]

Lire la suite

Abécédaire pour une subversion citoyenne- Préambule

Souvent les marxistes ont été accusés d’utiliser une langue de bois parce qu’ils disposaient d’une théorie globale qui leur paraissait incontestable. Celle-ci non seulement leur fournissait des mots et des concepts utiles pour comprendre le monde, mais aussi des mots-slogans, des mots passe-partout, des explications toutes faites, qui pouvaient les dispenser d’avoir à étudier le monde pour le comprendre. Pour contrecarrer le travers connu des communistes d’avoir toujours "réponse à tout", Brecht proposait d’établir une liste des questions auxquelles nous n’aurions pas de réponse.

[...]

Lire la suite

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité