Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Le panier du 5 juillet

Prune. Voilà donc l’ancien trader Jérôme Kerviel (JK) au tribunal des Prud’hommes, ce 4 juillet, face à la Société Générale, banque qu’il a servi de manière zélée, en valet débrouillard au service de la finance spéculative. Innocent ? Une chose est certain : JK est coupable pour les puissants et les journalistes avisés. Son innocence impliquerait la culpabilité de ceux qui l’ont condamné à de la prison et à payer 4,9 milliards €. Car après l’avoir trouvé génial, la Société Générale qualifie aujourd’hui JK d’escroc instable. Qui croira qu’un jeune trader a pu faire perdre une telle somme à l’une des banques les plus puissantes du monde, si vertueuse, si vigilante ? Chaque année, elle fixait à JK des objectifs de gain de plus en plus élevés. En 2005 : 5 millions ; en 2007 : 10 millions. Officiellement pour « investir dans l’économie ». Et patati et patata. JK s’exécutant, ses gains se sont envolés. Fin 2007, il fait gagner 1,5 milliards à une banque parfaitement informée qu’il « se passe quelque chose », vu ce qu’elle encaisse, qui sait avec quel dépassement des règles prudentielles. Les agissements de JK sont connus, couverts. Le trader joue au-delà des 125 millions autorisés par jour, investit jusqu’à 50 milliards. Coupable ? JK est surtout un pion au service des voyous de la finance socialement inutile. Et dans une banque socialisée, il n’existerait pas.

[...]

Lire la suite

Le panier du 21 juin

Cerise rouge. J’ai parfois entendu des militant-e-s parler de "pensée en escalier". Cette image mentale a accompagné la photo ci-dessus, dénichée au musée du design de Copenhague : celle du Monument à la IIIe Internationale (1920). L’audacieuse tour du constructiviste russe Tatline (1885-1953) était conçue pour l’habitat et [...]

Lire la suite

Le panier du 14 juin

Cerise rouge. Lundi, départ pour le Danemark, juste avant la grève des contrôleurs aériens. Un court article dans un quotidien français précise que les grévistes s’opposent à la libéralisation du secteur. Je ne saurai rien de l’appel à une "journée d'action européenne", à l’initiative de la Fédération européenne des travailleurs des transports et de syndicats de dix pays de l'Union européenne. Ni du projet de « ciel unique » présenté par la Commission européenne ce mardi 11 juin, un règlement destructeur d’emplois, imposant aux États d’harmoniser la navigation aérienne européenne. La grève sera très suivie. Elle valait bien une brève.

[...]

Lire la suite

Le panier du 7 juin

Cerise verte. La semaine verte (Green week), organisée par la Commission européenne, a réuni cette semaine à Bruxelles experts, scientifiques, ONG, entreprises… Au  : la pollution atmosphérique, le changement climatique, l’énergie. Autant de sujets mobilisateurs dans les secteurs des transports, de l’industrie, de l’agriculture. Le Commissaire européen à l’environnement, Janez Potočnik, a plaidé pour continuer le travail de réduction des émissions polluantes «par-delà les frontières, les secteurs et les idéologies ». Alors que le libéralisme promu par la Commission a fait des dégâts sociaux et environnementaux, l’heure devrait au contraire être au changement de logiciel idéologique de l’Union européenne.

[...]

Lire la suite

Le panier du 31 mai

Cerise verte. Le quota de CO2, cette autorisation d’en émettre une tonne, ne vaut plus rien. En avril, son prix a atteint l’un de ses plus bas niveaux historiques : 2,80 €, loin des 30 € des débuts. Il faut dire que la Commission européenne avait fait le choix, en 2005, du marché contre la taxe, et du Système communautaire d’échange des quotas d’émission (SCEQE), pour les 12 000 installations industrielles émettrices de CO2. Chaque année, les États attribuent à ces installations des quotas que les industriels doivent restituer en fonction de leurs émissions réelles. Si les industriels émettent davantage de CO2 que de quotas attribués, ils peuvent en racheter sur le marché auprès des industriels excédentaires. L’Union européenne espérait ainsi inciter les entreprises les plus polluantes à réduire leurs émissions et à investir vers des sources d’énergie moins polluantes. C’est raté. Le marché est donc incapable de faire émerger une industrie européenne verte.

[...]

Lire la suite

Le panier du 24 mai

Cerise noire. Le bâtiment abritant des ateliers textiles à Dacca, au Bangladesh, (cf. Cerises n°178) a finalement fait 1 127 morts. Un drame pour les adeptes de la compassion. Mais surtout un homicide dans des ateliers d’exploitation des ouvriers. Ce scandale a mis en lumière le travail humain et les conditions de sécurité des prolétaires du textile dans ce pays, 2e exportateur de vêtements au monde et 3e fournisseur français. Voilà à quoi mène la course à l’hyper compétitivité organisée par le capitaliste italien Benetton, l'espagnol Zara, le britannique Marks and Spencer, le suédois H&M, etc. Il ne s’agit pas d’un accident. Mais d’une logique.

[...]

Lire la suite

Le panier du 17 mai

Cerise noire. Pas touché mais coulé. Il y a quelques jours, la France a effectué un tir du missile balistique M-51 au large de Penmarc’h. Un tir raté et un feu d’artifice à 120 millions €, sur lequel les Pouvoirs publics et plusieurs médias sont restés d’une discrétion absolue. Il y a plusieurs mois, l’ONU a fait un appel au don pour récolter 115 millions € et éradiquer le choléra en Haïti… On savait déjà que le nucléaire militaire n’était pas une assurance-vie pour la France. On sait maintenant qu’il est une assurance-décès pour l’humanité.

[...]

Lire la suite

Le panier du 26 avril

Cerise noire. Le PCF et le PG se tirent la bourre et se refilent la patate chaude pour savoir qui doit payer 527 000  € de dépassement des frais de la campagne dynamique du Front de gauche lors des présidentielles 2012. Car si un accord national de partage des dépenses et recettes avait été trouvé en son temps, rien n’avait été écrit sur le surplus, imputé aujourd’hui par l’une des organisations à l’autre. La chose serait anodine si elle ne pesait pas sur l’ambiance des assemblées citoyennes du Front de gauche, sur la conception et la mise en œuvre d’initiatives communes. Une partie de l’oxygène est actuellement coupée pour le tirage de tracts unitaires, la réalisation de banderoles, la prise en charge de sonos, de camions… en vue des rassemblements contre l’austérité, de la manifestation du 5 mai à Bastille pour la VIe République, pour assurer la présence du Front de gauche lors des futures gay-pride. Les discussions pour les municipales par là-dessus n’arrangent rien. La logique d’appareil est contradictoire avec la logique politique. Déjà en 2002, en 2007… L’unité est un combat.

[...]

Lire la suite

Le panier du 19 avril

Cerise rouge. La lecture des deux tomes - une somme - que consacre Pierre Juquin à Louis Aragon m’a donné envie d’une seule chose : les relire. Pour qui ne lasse pas de retraverser un XXe siècle qui n’en finit pas, de se retrouver en compagnie de l’un de ses plus grands poètes et romanciers, d’y recroiser des hommes et des femmes dans leurs combats et leurs errances, les deux ouvrages Aragon, un destin français (Éditions de la Martinière), raviront le lecteur. Au fil de ces 1 500 pages, un Pierre Juquin habile - est ce étonnant ? - mêle poésie et politique dans le même chant, réveille des vers oubliés, exhume des textes inédits, commente, égratigne. Il y est affectueux, rigoureux avec ce Louis et ce parti qu’il a connus, enfants chéris de ce qu’il nomme le communisme historique. Et n’est pas complaisant quand il sent que là… Pierre Juquin a mis sa part de subjectivité, d’humour, quelques traits un peu vaches, du mercurochrome. Avec lui, Aragon n’est pas une icône, mais le personnage d’un grand roman qu’on aime encore mieux. « Il y a toutes sortes de gris », écrivait Aragon qui savait de quoi il parlait. Ces Juquin-là sont gris perle.

[...]

Lire la suite

Le panier du 12 avril

Cerise noire. La Dame de Fer est morte et vous ne voulez pas attendre que la rouille fasse son œuvre ? Cerises conseille à ses lecteurs le catalyseur et corrosif Actirouille, dans la gamme "Socialisation". Les meilleurs aciers inoxydables n’y résistent pas. Disponible dans des assemblées citoyennes du Left Front.

Lire la suite

Le panier du 5 avril

Cerise noire. Il y a quelques années, à Vénissieux, au nom de la sauvegarde du site et de l’emploi, la direction de l’entreprise Bosch imposait aux salariés le gel des salaires pour trois ans, la suppression de 6 jours de RTT sur 20 et du pont de l’Ascension. Imposait ? C’est beaucoup dire. Une consultation avait été organisée : 98 % des salariés votèrent pour l’accord proposé, signé par la CFDT et la CGC, refusé par la CGT et FO. En 2009, Bosch annonça la fermeture du site. Il y a des usines à mirages.

[...]

Lire la suite

Le panier du 29 mars

Cerise rouge. Il existe dans les Pyrénées orientales des créateurs d’utopies. Le village de Tordères (180 habitants), plutôt à gauche, vaut le détour pour son fonctionnement hors-norme : le pouvoir y est aux villageois. Le conseil municipal est né d’une réunion publique ouverte à tous, enfants et ados compris. Les habitants y décidèrent alors collectivement de ce qu’ils souhaitaient promouvoir : le maintien de l’école, des emplois municipaux, un urbanisme pour lutter contre la pression foncière, la protection des zones agricoles et naturelles, le bien vivre ensemble. Les candidat-e-s ? Désignés par la suite, sur la base de la défense du bien commun. La liste ? Paritaire, incluant des chômeurs, des précaires et des personnes arrivant de l’étranger. Elle fut élue, avec un taux de participation chatouillant les 90 %. Maya Lesné, chômeuse, est devenue maire, à la place d’un bétonneur. « L’important est que cela aurait pu être n’importe lequel d’entre nous », a-t-elle dit.

[...]

Lire la suite

Le panier du 22 février

Cerise noire. . Lénine avait un dada, peu connu : le dépérissement de l’État. Avec l’affaire du cheval transformé en bœuf pour faire du beurre, il aurait été servi. L’entreprise Spanghero qui a commercialisé de la viande chevaline à la place de la viande 100 % pur bœuf était, selon Le Canard Enchaîné rapportant des propos ministériels, « censée faire partie des usines surveillées de façon attentive » par les services vétérinaires et de la répression des fraudes. La confidence en dit long sur la fiabilité et la fréquence des contrôles effectués par l’État dans l’agroalimentaire. Un jour, Robert Bidochon, tout sauf un âne, m’a dit : « L’État, c’est nous. » Si nous enfourchions le cheval de la maîtrise collective des circuits de production et de consommation ?

[...]

Lire la suite

Le panier du 15 février

Cerise à noyau. Les bulletins municipaux en refourguent parfois des vertes et des pas mûres. En témoigne celui d’un village de Franche-Comté, moins de 2 000 habitants, brossant dans sa livraison de février le plaisant portrait d’un entrepreneur de la filière bois, infatigable travailleur, réglo avec les salariés. Un gars honnête. L’article se trouvait être intéressant, jusqu’à cette expression, sans crier gare, à laquelle personne ne semblait trouver à redire, qualifiant le bonhomme en question, nommé Frédéric, de « vrai villageois ». Vrai villageois ? C’est ici une expression communément admise, qui désigne en gros quelqu’un né au village et y a passé presque toute sa vie. Mais qui exclut celles et ceux qui ont pris racine au village sans y être nés. Et ceux qui sont nés ici, y ont conservé des racines et vivent désormais ailleurs. « Oui !, me dit-on, tu cherches midi à quatorze heures.  » Certes. Mais céder sur les mots, c’est céder sur les choses. Et un regard qui divise, c’est un regard qui soustrait.

[...]

Lire la suite

Le panier du 8 février

Cerise rouge. La veille du séminaire sur le communisme organisé par l’Association des communistes unitaires, j’ai relu L’Idéologie allemande (1846) de Karl Marx. J’ai y trouvé 23 occurrences pour le terme individu, 15 pour le terme communisme, 1 pour le terme parti. Il faut dire que j’ai relu le texte à l’endroit.

Lire la suite

Le panier du 1er février

Cereza. « J’étais à Montreuil où nous organisions une réunion de solidarité avec le peuple malien et j’ai vu des hommes et des femmes, beaucoup de Maliens de France, qui étaient à la fois inquiets, pour leur pays, comme ont pu l'être des réfugiés, des Espagnols (…) qui ont été accueillis en France au moment où leur pays traversait des drames et des guerres, (…) fiers de la solidarité de la France, (…) soulagés, (…) reconnaissants. , a déclaré Harlem Désir sur le plateau de Mots Croisés. Le secrétaire national du PS a juste oublié que la République française a effectué des rapatriements forcés vers l'Espagne franquiste de femmes et d'enfants, a mis à l'isolement dans des camps disciplinaires (Collioure, Le Vernet...) des "suspects" sans aucun jugement. Que 330 000 Espagnols sont passés dans les camps des Pyrénées-Orientales. Que 900 sont partis d'Angoulême le 20 août 1940 pour Mauthausen, un des premiers convois de déportés vers l'Allemagne nazie. Des détails.

[...]

Lire la suite

Le panier du 25 janvier

Cerise noire. Ce devait être l’alpha et l’oméga de la lutte contre la spéculation : "la séparation et la régulation des activités bancaires". Ou comment isoler dans une filiale les activités spéculatives des banques, sans en couper les tuyaux. Las, le projet de loi gouvernemental français est aussi faible que les banquiers puissants. Les analystes financiers estiment qu'entre 0,5 et 5 % seulement des activités devraient être concernées par la filialisation. La réformette est bien moins ambitieuse que les projets américain Volcker et britannique Vickers, et très en-deçà des recommandations du rapport européen Liikanen. Avec une telle impulsion, l’Union européenne va être stimulée.

[...]

Lire la suite

Le panier du 18 janvier

Cerise noire. La barbarie est aux portes du Mali. Des femmes, des enfants, des hommes sont exécutés, des femmes violées, des trésors culturels détruits par des bandits et des religieux exaltés. Oumar Ould Hamaha, un des meneurs de l’offensive djihadiste a déclaré « vouloir porter la charia au bout de chacun de [ses] canons, de chacun de [ses] sabres ». Sans mandat international, la France fait la guerre. Dans quels buts  ? Arrêter la progression ? Reconquérir le Nord ? Détruire les bases d’Aqmi1 ? Les guerres en Afghanistan, en Irak en Lybie ont favorisé les séparatismes, la faillite, les milices armées. Elles ont essaimé d’Irak vers la Lybie, la Syrie, le Mali. Elles ont renforcé les plus radicaux parmi ceux qui sèment la terreur. États-Unis, Russie, Chine, France et Angleterre ont inondé ces pays d’armes, de contrebande ou non, y ont des intérêts miniers et énergétiques. Au-delà du débat "pour ou contre l’intervention", l’essentiel n’est-il pas d’ouvrir un processus politique, s’appuyant sur les Africains, pour conquérir la paix ? Et pour lutter contre l’accès aléatoire à la ressource en eau, la vulnérabilité climatique, la précarité sanitaire, sociale et agricole, les logiques de survie, qui sont autant de terreaux pour la criminalisation, la corruption, la violence et les trafics.

[...]

Lire la suite

Le panier du 11 janvier

Cerise sur le cadeau. On m’a offert une carte d’adhérent de la Société des Amis du Louvre, qui a pour vocation d'enrichir les collections à travers un certain mécénat collectif. Elle est aussi un sésame pour les expositions. Le Louvre, le soir tard en hiver, a la poésie du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg sous la neige. L’un des gardiens du musée est un copain et en a toutes les clés. Ami, me dit-il, connais-tu la face cachée du Louvre ? La Société t’a-elle parlé des trois directeurs du Louvre-Lens avant son ouverture ? Du licenciement violent d'un salarié ? De tous ceux qui se sont fait dégager ? De la tentative de suicide d'un conservateur à l'été 2009 dans l'aile Richelieu ? Du suicide de Mohammad Bahramian, mouleur-statuaire de l’atelier de moulages et des musées de France, en 2006, au siège de la Réunion des Musées Nationaux (RMN) ? Un gars qui se battait depuis 10 ans pour faire reconnaître ses inventions primées et que la RMN respecte son travail et sa dignité… Le Louvre est devenu une entreprise comme les autres, avec ses méthodes d’exploitation, ses critères, sa rentabilité. Même au Louvre, le travail humain est maltraité.

[...]

Lire la suite

Le panier du 21 décembre

Cerise noire. Et "le sidérurgiste Lakshmi Mittal" par-ci, et "le sidérurgiste Lakshmi Mittal" par-là, ont seriné les chaînes de télévision et les journaux. "Le responsable de Goldman Sachs", devrait-on entendre. Car l’homme de fer est un homme d’argent, et, depuis 2008, l’un des administrateurs de la banque d'affaires américaine. Laquelle eut comme dirigeants Mario Draghi (gouverneur de la Banque centrale européenne), Mario Monti (récent chef du gouvernement italien), Mark Carney (futur gouverneur de la Banque d’Angleterre), et des membres du Parlement européen, du FMI ou de l’OMC. Goldman Sachs a notamment permis à Mittal Steel de faire main basse en 2006 sur Arcelor, 2e groupe sidérurgiste du monde. Ces gens-là se sont déjà rémunérés grassement sur ces opérations. Et ils auraient été indemnisés en cas de nationalisation ?

[...]

Lire la suite

Le panier du 7 décembre

Cerise rouge. De belles personnes s’étonnent que les parlementaires du Front de gauche aient voté contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Or sur les 40 amendements déposés par ses député-e-s pour faire contribuer les placements financiers spéculatifs des banques et des grandes entreprises, aucun n'a été retenu. Le seul point positif est le remboursement à 100 % de l’IVG. Aucune des mesures que les député-e-s PS, Verts ou du FdG avaient critiquées sous la droite, n'a été remise en cause. Le jour de carence pour les fonctionnaires, les franchises médicales, les forfaits, la révision à la baisse des indemnités journalières en cas de maladie ont été maintenus. Le financement de la dépendance ? Le gouvernement et sa majorité ont préféré diminuer le pouvoir d'achat des retraités. Tant que le capital gouvernera, nous en manquerons.

[...]

Lire la suite

Le panier du 30 novembre

Cerise noire.La prise en compte des votes des militants UMP de Nouvelle-Calédonie, de Mayotte, de Wallis et Futuna est l’une des armes de destruction de Fillon contre Copé. En cas de guerre, les tirailleurs des pays colonisés par la France sont toujours bons pour le service et les réacs.

Lire la suite

Le panier du 23 novembre

Cerise noire. L’Irlande est l’un des derniers pays européens à refuser l’avortement. Face à cette situation et pour permettre à des femmes de recourir à l’IVG, une clinique, gérée par l'organisation non gouvernementale Marie Stopes, vient d’ouvrir pour la première fois à Belfast. En se plaçant d’emblée hors de la norme institutionnelle, elle contribue à faire changer des mentalités archaïques et la loi, tout en suscitant le débat. Deux cents militants anti-avortement ont manifesté, à l’appel de Precious Life, pour en réclamer la fermeture, brandissant des pancartes, montrant des fœtus ensanglantés, récitant des prières : « Nous voulons signifier à cette organisation qu'elle n'est pas la bienvenue ici et qu'elle ne pratiquera pas d'avortement illégal ». Quelques jours plus tard, des milliers d'Irlandais ont manifesté, pour protester contre la mort de Savita Halappanavar, dans un hôpital où des médecins ont refusé d'interrompre sa grossesse. Pourtant, la jeune femme, enceinte de 17 semaines, s'y était présentée en raison de vives douleurs dans le dos. Après avoir été informée qu'elle était en train de faire une fausse couche, elle a demandé plusieurs fois que l'on mette un terme à sa grossesse. Le médecin a refusé ; Savita est morte de septicémie.

[...]

Lire la suite

Le panier du 16 novembre

Cerise verte. La grève de la faim, devant l’Assemblée nationale, de Stéphane Gatignon, maire (EELV) de Sevran, obtenant 5 millions € pour boucler le budget communal a rendu le gouvernement socialiste fébrile. Quoiqu’on en pense, cette forme d’action spectaculaire, à côté des institutions, a permis un débat politique. Hic : qui a voté le projet de budget 2013 fixant à 2,5 milliards € la ponction sur les collectivités territoriales pour réduire le déficit ? Le PS et EELV. Quant à la situation de Sevran, elle n’est pas isolée. Grigny, Villetaneuse, Stains, Clichy-sous-Bois, des villes proches de Marseille, Lille, Grenoble, Montpellier, subissent le même désengagement de l’État. Et de plus en plus de municipalités recourent à des emprunts qui les étranglent, à des partenariats public-privé qui rançonnent la collectivité. Il est bon d’en parler entre deux élections municipales.

[...]

Lire la suite

Le panier du 26 octobre

Cerise noire. Le cynisme n’a plus de limite. Le pouvoir des dominants sur les dominés non plus. Après la divulgation de documents, le groupe Renault a confirmé avoir anticipé le suicide de trois cadres accusés à tort d’espionnage en 2011, licenciés par le PDG Carlos Ghosn, qui déclarait alors sur TF1 avoir des « certitudes et des preuves multiples » à l’encontre de ces salariés. Deux options avaient été prévues au cas où l'un des accusés commettrait « l'imparable » [sic] : la première « si l'un des cadres a tenté de mettre fin à ses jours », la seconde « s'il a mis fin à ses jours », cette option ouvrant droit à une phrase où l’entreprise « pense particulièrement à la famille de M. X ». Rien de tel en revanche pour le suicide raté. Frédérique Le Grèves, alors directrice de la communication, aujourd’hui chef de cabinet du PDG, reconnaît avoir demandé à "ses" services de préparer ces communiqués. Tant qu’à bien faire le sale boulot, elle aurait pu anticiper la commande de trois cercueils. Elle n’a sans doute pas voulu faire baisser le cours de l’action.

[...]

Lire la suite

Le panier du 12 octobre

Cerise rouge. Dominique Tian, député UMP des Bouches-du-Rhône, milite pour faire à nouveau payer l’accès aux soins des sans-papiers et rétablir la franchise de 30 € sur l’aide médicale d’État (AME). L’inhumanité et l’inefficacité de cette ex-mesure Sarkozy, empêchant des personnes en situation de grande précarité de se soigner, ne sont donc pas arrivées au cœur et au cerveau de ce réac. Lutter contre les maladies infectieuses ? Citant « la peste, la rubéole, la typhoïde », il indique : « S’ils ont ces maladies-là, je préfère que les étrangers restent chez eux. » « La bêtise insiste toujours. », écrivait Albert Camus, auteur de L’Étranger, dans La Peste.

[...]

Lire la suite

Le panier du 5 octobre

Cerise rouge. Paris Europlace, représentant des marchés financiers français, tremblote face à un gouvernement qu’il n’a pas choisi. Son délégué général, Arnaud de Bresson, fait donc la danse du ventre auprès des pouvoirs publics. Dans son éditorial (newsletter Europlace – sept. 2012), il miaule : « Les projets concernant la fiscalité des actions  ne vont pas dans le bon sens ». Très toutou dans sa niche fiscale, il demande « le maintien de l'abattement de 40 % sur les dividendes. » Caressant les banques et le CAC 40 dans le sens du poil, il déclare sa « ferme opposition au projet de séparation des activités bancaires » et redoute « l'effet négatif de l'alignement de la fiscalité du capital sur la fiscalité du travail. » Comme disait Elsa Triolet, les barrières n’ont que deux côtés.

[...]

Lire la suite

Le panier du 28 septembre

Cerise rouge et verte. Ça y est. Les oui-ouistes sont de retour. Il suffit que des citoyens, des syndicalistes, des responsables de partis ou d’associations se prononcent contre le traité budgétaire européen pour être taxés d’anti-européens. Ainsi, la députée PS, Elisabeth Guigou, qui déclare à propos du "non" au TSCG d’Europe Ecologie les Verts : « EELV, qui a toujours été un parti très européen, se met à l’écart tout d’un coup. Il y a quelque chose que je ne comprends pas. ». Pour les partisans de la nouvelle messe, être contre le traité, c’est être contre l’Europe. Être contre la Constitution de la Ve République, c’est donc être contre la France ? Marre de ces raisonnements totalitaires.

[...]

Lire la suite

Le panier du 21 septembre

Cerise rouge. Mardi matin, dans le RER entre Châtelet et le quartier d’affaires de la Défense. Des "sans-quelque chose" font la manche dans les rames. Pour « béqueter » dit l’un, se « laver » dit l’autre. Ne pas donner est moralement usant. Donner est désespérant. Au quatrième gars qui se présente, je file 10 € et un bouquin. Je ne donne pas souvent, mais autant marquer un peu le coup. Pourquoi lui ? Je ne sais pas. Il y a là une forme d’injustice. Jules est plus content pour le livre que pour le billet. Il me propose un café. J’accepte. J’ai dix minutes devant moi : je suis en avance à ma réunion du CAC 40. Mon interlocuteur tient à payer son coup avec le pécule de la veille. La générosité, c’est aussi accepter son invitation. Il me raconte qu’avec les 10 €, il va pouvoir acheter un petit cadeau pour l’anniversaire de sa fille, six ans demain. Nous nous quittons en nous serrant la main. Je jette un œil sur le gratuit laissé sur le comptoir. En pages 1, 2 et 3 : le couple princier britannique porte plainte contre des journaux de bas-niveau pour des photos dénudées. Dans Le Figaro qui traîne, Stéphane Bern est hors de lui. « La princesse a le droit de vivre comme tout le monde.  », vitupère-il. Comme tout le monde… C’est cela, oui.

[...]

Lire la suite

Le panier du 14 septembre

Cerise rouge. Selon un rapport de Proxinvest, société de conseil aux actionnaires, les rémunérations des patrons du CAC 40 ont grimpé de façon « spectaculaire » en 2011, avec un « rebond » de 34 % par rapport à 2010. Grâce à un pactole de 10,7 millions €, Jean-Paul Agon, patron de L'Oréal, figure en tête du classement, juste devant Bernard Arnault (LVMH) et Carlos Ghosn (Renault). Outre ces trois messieurs, on trouve dans la liste Bernard Charlès (Dassault Systèmes), Franck Riboud (Danone), Maurice Lévy (Publicis), Christophe Viehbacher (Sanofi-Aventis), Arnaud Lagardère, Henri de Castries (Axa) et Lars Olofsson (Carrefour), tous entre 9,5 et 4,8 millions €. Ces dirigeants ont dépassé le plafond de 240 SMIC jugé « socialement acceptable » par Proxinvest. Quel paradis fiscal choisiront-ils ? La Belgique, la Suisse, le Luxembourg ou les Îles anglo-normandes ?

[...]

Lire la suite

Le panier du 7 septembre

Cerise rouge. Des prisonniers entassés à six 23h sur 24h dans des cellules de 12m2 et qui se lavent dans les WC à la turque, asticots et bouts de plastique dans les repas, rats et cafards… Mardi 31 juillet 2012, le tribunal administratif de Nouvelle-Calédonie a condamné l'État à indemniser 30 détenus pour des conditions d'incarcération contraires à la dignité humaine - résultat à mettre à l’actif de la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen de Nouvelle-Calédonie et de l’Observatoire international des prisons. Le Camp-Est s'est vu attribuer la "Palme de la prison la plus pourrie de la République" par une délégation de parlementaires français et européens (janvier 2010). Lors d’une visite inopinée (octobre 2011), des contrôleurs ont relevé « une violation grave des droits fondamentaux d’un nombre important de personnes. » La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a dit « étudier sérieusement l'éventualité d’une mission du ministère de la Justice, pas uniquement centrée sur la question pénitentiaire » (Les Nouvelles Calédoniennes). En attendant que l’étude de l’éventualité de cette nième mission aboutisse, interpellons le gouvernement sur l’urgence de régler cette situation indigne et scandaleuse.

[...]

Lire la suite

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité