Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

La poésie : une éthique, un projet politique

En quoi la poésie est-elle instrument de résistance à l’immobilisation, à l’identitaire normé et enfermant, en quoi est-elle expansion du sens permettant d’autres représentations du monde ? C’est ce que développe Jean-Pierre Siméon, se situant dans la compréhension politique de la poésie.

Lire la suite

Tous sens ouverts entre luttes et plaisirs

L'été sera de luttes, et de pauses aussi à mettre à profit pour se ressourcer : musiques, lectures en tous genres, ciné… Un choix de Cerises & Cie.

Lire la suite

Aragon : l'homme et l'oeuvre d'un siècle (2)

De la Résistance au « vieil homme », espoir et désenchantement traversent l'oeuvre et la vie de Louis Aragon, de « vérités admises » aux remises en question. Laurent Lévy en retrace les cheminements.

Lire la suite

Aragon : l'homme et l'oeuvre d'un siècle

S'adossant à l'ouvrage de Philippe Forest, Laurent Lévy retrace l'itinéraire d'un écrivain qui fait corps avec son siècle et ses convulsions, entre ruptures et continuité, entre création littéraire et engagement.

Lire la suite

Racisme et théâtre - Encore une année blanche ?

Pour la troisième année, nous avons pris nos places pour voir sept pièces tout au long de l'année dans notre théâtre préféré, le Théâtre Gérard Philippe (TGP) à Saint-Denis (93). Nous avons vu deux spectacles, et ce furent de très bon moments. Ne manquez pas Le Dibbouk, conte Yiddish qui nous plonge dans la vie, l'imaginaire, la richesse culturelle et intellectuelle du monde juif populaire d'Europe de l'Est, aujourd'hui quasi-disparu.

[...]

Lire la suite

Art et politique : la soif de récit commun

L’art a besoin de politique pour trouver un souffle radical et d’aujourd’hui. Mais la politique a aussi besoin d’art, (nous avons besoin) de co-écrire un contre récit. Laurent Eyraud-Chaume et Pierre Zarka développent cet échange nécessaire.

Lire la suite

Cannes, épicentre des extrêmes

Soirées VIP, acteurs bankables, entertainment tout puissant, obscénité de l'argent coulant à flot : à Cannes, semble-t-il, seul le tapis est rouge.
Le cinéma est une industrie du divertissement et de l'imaginaire. Le long glissement vers une domination sans faille des producteurs sur les réalisateurs se conforte chaque année. Cette emprise a un impact certain sur les contenus, sur le dénouement des histoires et les thèmes des productions. Cet empire est politique dans sa fondation même. L'imaginaire est l'espace par essence de la lutte des classes. Les films catastrophes, guerriers ou de science fiction suscitent un sentiment d'instabilité permanente, un désir d'ordre et de sécurité. Le récit de la vie des stars cloue l'émancipation sur le mur des "génies" purs et de vies intimes à convoiter...

[...]

Lire la suite

Chanson de moi-même

Dans la Revue du projet de ce mois, Victor Blanc consacre une page1 au poète américain Walt Whitman (1819-1882)dont il propose un poème, d'une brûlante actualité. Francis Combes a également cité, dans sa chronique sur le bonheur2, ce « barde » qui « chante le soi-même, une simple personne, séparée », et d'un [...]

Lire la suite

Ils ont marqué notre époque

Günter Grass, François Maspero, Eduardo Galeano
Günter Grass, François Maspero, Eduardo Galeano

Cette semaine nous ont quittés trois fortes personnalités, trois intellectuels qui ont marqué notre formation et la culture de notre époque.

Lire la suite

Pour tourner la page des discriminations néo-coloniales

Jean-Louis Sagot-Duvauroux, essayiste et homme de théâtre, interroge dans les mots et la démarche d'une initiative de « bonne intention » l'emprise d'une « domination blanche ». Il propose de travailler à un imaginaire commun de la mondialité. Une question politique, de société.

Lire la suite

Gens que j'aime

L'ouvrage de Nicolas Brulebois consacré au chanteur Allain Leprest est à découvrir au plus tôt.

Lire la suite

Terres

En hommage à Ziad Abou Eïn, ministre assassiné par Israël,
le 10 décembre 2014, lors d’une manifestation pacifique.

Lire la suite

Pour ne pas conclure…

« Encore un jour à mettre au monde. »

Lire la suite

Arts et éducation populaire : des valeurs au projet !

Comment transformer dans les actes cette intention d’une émancipation partagée qui passe par les arts et le savoir ? Laurent Eyraud-Chaume tente de proposer des pistes de réponses dans le cadre de l'atelier "Arts vivants" du groupe Front de gauche "Culture", du 10 décembre.

Lire la suite

Peire, le loup amoureux

Qui connait Peire Vidal ? Peu d’entre nous. Il était pourtant un troubadour réputé au détour des XII-XIIIe siècles, très prisé de ces dames et admis à prendre sa place dans les cours seigneuriales. Cet homme du Sud-Ouest n’a pas ménagé sa monture, laissant traîner des anecdotes plus piquantes les unes que les autres à Marseille, en Italie, en Espagne, à Chypre et même en Hongrie. Mais sa terre d’attache restera la Proensa, cette Provence dont il dit : « Il n’est de plus douce contrée / Que celle entre le Rhône et Vence / Enclose entre mer et Durance. »

[...]

Lire la suite

Méninges et sens en fête

" Les temps sont difficiles"... C'est vrai ! Raison de plus pour (s') offrir du plaisir et de l'intelligence. C'est ce qu'a voulu collecter pour vous l'équipe de Noël de ce numéro.

Lire la suite

Peuple et bonheur

Le bonheur est à la mode. Il envahit les rayons des librairies, les rubriques des magazines et fait le bonheur, au moins, des marchands de papier. Outre les soins que lui apportent de nombreux auteurs qui ont toujours une recette miracle à vous vendre, il est aussi maintenant l’objet d’études statistiques qui se veulent scientifiques. Le fait n’est d’ailleurs pas à déplorer. Qu’on prenne la question du bonheur au sérieux est plutôt un signe encourageant d’évolution de notre civilisation.

[...]

Lire la suite

Une lettre perdue, pour Pier Paolo Pasolini

Une lettre perdue, pour Pier Paolo Pasolini

Lire la suite

Transfiguration de la guerre

Une bonne partie de l’histoire de la poésie a, depuis ses origines, partie liée avec la guerre. Il est assez commun de considérer que les débuts de la poésie écrite sont liés à l’épopée qui est toujours un chant de guerre. L’Epopée de Gilgamesh, composée à Sumer vers la fin du IIIe millénaire avant J.C., et gravée en pictogrammes sur des tablettes d’argile, est un des plus anciens textes connus de l’humanité… L’Iliade et l’Odyssée, d’Homère, inspirées par la Guerre de Troie, en sont aussi des exemples illustres. Comme La Chanson de Roland, pour la poésie française, attribuée à un certain Turolde. Écrite au XIIe siècle, elle relate des événements censés s’être produits trois siècles plus tôt : la bataille entre les preux de Roland et les milices vasconnes ou gasconnes (et non sarrazines) qui les auraient décimées. Peut-être cette célèbre épopée répondait-elle à un objectif politique : réécrire l’histoire en transformant une lutte territoriale et féodale en un combat contre les Arabes, afin de justifier les croisades.

[...]

Lire la suite

Les lucioles incarcérées

Jusqu’au 25 novembre 2014 se tient, dans l’enceinte de l’ancienne prison Sainte-Anne, à Avignon, une importante exposition d’art contemporain. À l’origine de ce projet, une interrogation de l’équipe de la Collection Lambert, un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle dédié à l’exposition des œuvres rassemblées depuis les années 60 par le collectionneur et galeriste Yvon Lambert : que faire, durant les travaux nécessaires à l’extension du lieu d’exposition, décidés à la suite de la donation des oeuvres à l’État ? L’équipe du musée décide « de faire de cette période de fermeture imposée un moment crucial dans la vie de la Collection Lambert, un moment conjuguant art contemporain, mise en valeur du patrimoine et travail de mémoire ». Ainsi voit le jour "La disparition des lucioles", en cette prison désaffectée depuis dix ans construite, elle aussi, à la fin du siècle des Lumières.

[...]

Lire la suite

Arts et transformation sociale : des luttes des intermittents et précaires à la quête d’un imaginaire d’émancipation.

La lutte des intermittents du spectacle met en lien la nécessité de droits sociaux pour tous et d’une présence artistique dans la vie de chacun. Sur le stand d'Ensemble ! à la Fête de L'Humanité 2014, Laurent Eyraud-Chaume et Thomas Pitiot et Nicolas Roméas, en ont débattu.

Lire la suite

Faites un pas de côté, allez au Grand Parquet !

La compagnie “Un pas de côté” est au Grand Parquet jusqu’au 2 novembre et joue 3 spectacles en alternance. La démarche de la compagnie est au confluent d’un théâtre documentaire et d’une oeuvre-récit sociale et joyeuse. Quand on cherche à bâtir un monde nouveau au coeur de celui-ci, il ne faut pas rater ces rendez-vous d’un théâtre citoyen... et, cerises sur le gâteau, quand on se présente à l’entrée comme lecteur de Cerises, c’est  une place achetée/une place offerte ! http://www.legrandparquet.net/

[...]

Lire la suite

La part des femmes (2) : nos contemporaines

De g. à dr. : Shu Ting, Ming Di, Wang Xiaoni,  Nazik al-Malaïka,  Fadwa Touqan,  Gertrude Stein, Sylvia Plath, Marianne Moore, Denise Levertov, Adrienne Rich, Sonia Sanchez, Hélène Cixous, Sophie Loiseau, Valérie Rouzeau, Vénus Khoury Ghata, Marie-Claire Bancquart.
De g. à dr. : Shu Ting, Ming Di, Wang Xiaoni, Nazik al-Malaïka, Fadwa Touqan, Gertrude Stein, Sylvia Plath, Marianne Moore, Denise Levertov, Adrienne Rich, Sonia Sanchez, Hélène Cixous, Sophie Loiseau, Valérie Rouzeau, Vénus Khoury Ghata, Marie-Claire Bancquart.

Lire la suite

La part des femmes - Louise Labé

Si les femmes sont présentes dans toutes les poésies du monde, on peut sans crainte de se tromper affirmer qu’elles occupent dans la poésie française la place centrale. De la "Cantate de Sainte Eulalie", qui est aujourd’hui considérée comme le premier poème en langue vulgaire, aux surréalistes, les femmes sont au cœur de notre poésie. Surtout comme sujet, lié à l’amour, au malheur et au bonheur d’aimer, qui est le thème non pas exclusif mais principal de notre poésie. (Dans d’autres langues et dans d’autres poésies, la Nature, Dieu, l’Histoire, voire l’amitié par exemple, ont une part plus grande. C’est le cas par exemple des poésies anglaises, allemandes ou chinoises.) La femme joue donc chez nous le rôle essentiel. Comme motif du poème, voire comme muse, mais non comme auteur.

[...]

Lire la suite

Le monde ouvert à la fenêtre

C’est un festival chaleureux et humain, tout sauf une grande machinerie estivale, qu’ont concocté, pour la quatrième année, notre amie Colette Ferrat, les bénévoles de l’Association Jean Ferrat Culture et Chansons à Antraïgues, des artistes et professionnels. Des concerts, un banquet festif, des rencontres… dans le village ardéchois perché sur son roc de granit.

[...]

Lire la suite

Créer

À rebrousse poil des destinées

un matin, prendre un chemin

Lire la suite

Nazim Hikmet, le chant de la fraternité

J’ai entendu, il y a quelques temps, un philosophe (que j’avais connu quand il était étudiant et militant), devenu désormais sage et célèbre, expliquer lors d’une conférence à la Pitié Salpêtrière que dans le triptyque républicain, la "liberté" était évidemment nécessaire, "l’égalité" souvent dangereuse, quant à la "fraternité", il n’était pas sûr qu’elle existât vraiment et qu’elle pût en tout cas servir de valeur collective. Le même (qui professe avec intelligence une forme moderne de la morale épicurienne) a écrit par ailleurs plusieurs ouvrages dans lesquels il expose la nécessité de se défaire de l’espérance, qui est vaine et va obligatoirement main dans la main avec la crainte (1).

[...]

Lire la suite

Pablo Neruda ou l’appétit de vivre

Une grande partie de la culture et de la littérature du XXe siècle, de Kafka à Beckett ou Ionesco, peut être placée sous le signe de la poétique de l’aliénation en ce qu’elle exprime, souvent avec force, le sentiment de solitude et de dépossession de l’individu moderne, séparé des autres et de lui-même, perdu dans son monde qui le domine plus qu’il ne le domine. Ce sentiment largement partagé est souvent présenté comme la marque même de la condition humaine, l’être conscient de sa propre finitude, confronté à sa mort et à l’absurdité supposée de l’existence. Ce n’est probablement pas un hasard si ce sentiment "éternel" paraît particulièrement vif à l’époque où la division du travail provoquée par la recherche de la rentabilité maximum nous entraîne dans une course folle qui nous fait perdre le sens même de la continuité de la vie humaine et de sa progression.

[...]

Lire la suite

Une histoire de l'éducation populaire

De mémoire d'eux - Pierre Carrelet
De mémoire d'eux - Pierre Carrelet
Les valeurs et les pratiques proposées par l'éducation populaire, particulièrement celles qui se réclament de la transformation sociale et politique, connaissent depuis quelques années un regain d'intérêt.

Lire la suite

Le Front populaire, Prévert et le rire qui libère

Que les révolutionnaires n’aient pas toujours été à la fête est une évidence. En tous lieux et en tous temps. Pourtant, la révolution est une fête. C’est la thèse que soutient Henri Lefebvre dans son grand livre La Proclamation de la Commune. Non seulement, elle s’accompagne de fêtes, mais elle est une fête en ce qu’elle rompt la routine et transfigure la vie quotidienne.

[...]

Lire la suite

La culture, vecteur d'émancipation - Les intermittents, porteurs d'à-venir

Réduction du budget de la culture et menaces d'une baisse de 20 % en trois ans d'une part, et attaques contre le statut des intermittents d'autre part sont les deux axes de déconstruction du vecteur d'émancipation qu'est la culture. Face à cela une lutte inégalée des acteurs de ce champ.

Lire la suite

Rosa, la mésange de la révolution

Nous avons déjà noté que beaucoup des plus grands poètes du XXe siècle prirent part aux combats populaires et furent communistes. Mais on pourrait aussi remarquer à l’inverse que plusieurs des figures les plus marquantes de la révolution dans ce siècle furent aussi poètes. Mao, qui n’est pas un poète négligeable, Ho Chi Minh, dont les poèmes des Carnets de prison sont un chef d’œuvre d’ironie, de modestie, de tendresse… jusqu’au Che ou au sous-commandant Marcos… Peut-être faut-il voir dans cette rencontre entre poésie et révolution la conséquence de la pensée exprimée par le Che : « Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire. » S’il est quelqu’un qui en est l’illustration, c’est bien Rosa Luxemburg.

[...]

Lire la suite

Intermittents du spectacle : un combat porteur d’alternatives !

Jeudi 27 février, plus de 20 000 personnes se sont mobilisées à Paris et dans toute la France contre la tentative de coup de force du MEDEF. Une mobilisation vaste est en train de naître qui mêle artistes, techniciens mais aussi chômeurs et précaires. L’unanimité du secteur culturel permet d’installer un rapport de force qui semble favorable aux intermittents. Pourtant, la proposition du MEDEF (la suppression pure et simple des annexes 8 et 10) était articulée à un appel à l'État et semble avoir dès à présent ouvert un débat bien plus vaste. Pour certains (dont la CFDT), le régime des intermittents est une subvention cachée à la vie culturelle. L’argumentaire récurent de la ministre s'appuie d’ailleurs sur les annexes pour parler d’exception culturelle et de rentabilité générale de l’investissement public. Une des issues possibles de la négociation serait un maintien du dispositif mais à la charge de l'État. Les intermittents tiennent à rester dans la solidarité inter-professionnelle. Nous touchons ici à 2 questions qu’ouvre cette mobilisation. Le secteur culturel souffre d’un déficit de financements publics. La politique générale d’austérité aggrave cette situation et l’intermittence est souvent une réponse à un manque de subventions. Par ailleurs, les annexes 8 et 10 ont été inventées pour des situations d’emplois bien précises : la nécessité d’un secteur d’activité d’avoir recours à des CDD à répétition. Les annexes sont précisément là pour lutter contre la précarité “mécanique” du secteur.

[...]

Lire la suite

De Freud à une société érotique

La psychanalyse qui est censée analyser les passions continue de les déchaîner. Comme Marx qui a révélé le secret de la vie sociale (son inconscient pourrait-on dire), qui est l’exploitation du travail, Freud a découvert un autre continent caché : celui de la psychologie et du rôle qu’y jouent la sexualité et son refoulement. L’un comme l’autre ont connu la multiplication des lectures et des interprétations, les schismes et les déviations. Sort inévitable (et sans doute enviable) d’une « pensée devenue monde » pour reprendre l’expression d’Henri Lefebvre, c’est-à-dire d’une pensée qui a transformé le monde et qui ne cesse de se transformer avec lui.

[...]

Lire la suite

Engels, le bon compagnon

Et Engels, que vient-il faire dans cette affaire ? On sait qu’après la mort de Marx, il a poursuivi son œuvre en mettant en forme ses notes pour publier la suite du Capital ou de L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1). Mais en quoi nous intéresse-t-il dans une chronique consacrée à la poétique du bonheur ?

[...]

Lire la suite

Vengeance, justice ou lutte sociale ?

Ne s’agit-il pas simplement de lutte sociale pour des intérêts coïncidant au court terme, mais contradictoires au long terme ?

Michael Kohlhaas, un film d'Arnaud des Pallières
Michael Kohlhaas, un film d'Arnaud des Pallières

Lire la suite

Flora Tristan, l’insoumise

Flora Tristan par Jules Laure
Flora Tristan par Jules Laure
Toute vie est un roman, si après coup on l’écrit. Mais il est des individus qui semblent avoir de leur vivant écrit leur vie. Flora Tristan l’a fait par la plume et par l’action. Ce qui est tout à fait remarquable chez elle, c’est cette capacité de faire des accidents de sa vie et de ses combats personnels des causes qui prennent une signification et une portée collectives.

[...]

Lire la suite

Le poète de l'espoir lucide

Haïti, si souvent et durablement meurtri, vient de perdre, le 4 janvier, l'un de ses grands écrivains, Jean Metellus. Il faut nourrir notre imaginaire, notre volonté de transformation du monde, notre soif du beau au chant d'espérance lucide de son œuvre, comme à celle de contemporains haïtiens, plus jeunes, les Lionel Trouillot, Dany Laferrière, ou beaucoup plus anciens comme Jacques Roumain, et qui tous ont agi contre les dominants en tous genres.

[...]

Lire la suite

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité