Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Le cocktail du 15 novembre 2017

Nationalisme au carré. La Pologne s’enfonce dans la nuit. À l’occasion de la fête de l’indépendance, le 11 novembre, entre 60 000 et 100 000 personnes ont manifesté, à Varsovie en faveur de la "civilisation occidentale", avec des slogans en faveur de "La Pologne pure, la Pologne blanche", "Pas de Pologne islamiste, pas de Pologne laïque, mais une Pologne catholique", "Dieu, honneur et patrie" ou encore "Foutez le camp avec vos réfugiés". La manifestation était organisée par le Camp national radical (ONR) et la Jeunesse de la Grande-Pologne, deux organisations qui se réfèrent aux organisations antisémites des années 30, le fil rouge de la manifestation était le titre d’un chant catholique cité par Donald Trump lors de sa récente visite en Pologne : "Nous voulons Dieu". Si l’on ne peut pas assimiler tous les participants à des néonazis, force est de constater que l’extrême-droite n’avait pas réussi à réunir autant de monde depuis des décennies.

[...]

Lire la suite

Le cocktail du 3 novembre 2017

Ça continue. Après une nouvelle attaque terroriste ce mardi (huit morts et de nombreux blessés, à New York), Donald Trump s’est empressé d’annoncer un énième renforcement du contrôle de l’entrée des étrangers dans le pays. Au cours des derniers mois, la liste des pays à risques a ainsi changé à plusieurs reprises, jusqu’au retrait récent du Soudan et de l’Irak et à l’inscription du Tchad et de la Corée du Nord. Tandis que le Président américain clamait « Nous ne devons pas permettre à l'État Islamique de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoir défaits au Moyen-Orient et ailleurs », les médias américains révélaient que le suspect, détenteur d’une carte verte, séjourne aux États-Unis depuis 2010.

[...]

Lire la suite

Le cocktail du 20 octobre 2017

Sans gêne. Daesh, le prétendu ‘‘État islamique’’, vient de perdre son fief syrien, Rakka. La ville a été reprise par les Forces démocratiques syriennes (FDS), organisation kurde, appuyée par l’aviation aérienne de la coalition internationale. Daesh est de plus en plus confiné géographiquement, dans des zones désertiques. Des centaines de [...]

Lire la suite

Image de la semaine - 6 octobre

RÊVOLUTIONS, Initiative du PCF

Lire la suite

Le cocktail du 6 octobre 2017

Pousse-au-crime. Souvenons-nous : Donald Trump expliquait il y a peu que la France devrait prendre modèle sur le système américain, qui permet aux particuliers de posséder des armes, afin que les citoyens puissent se défendre face aux terroristes. Et maintenant, après le carnage du 1er octobre (58 morts et 527 blessés, soit la plus [...]

Lire la suite

L'image de la semaine - 22 septembre 2017

PMA, GPA entre recul et timide avancée

Lire la suite

Le cocktail du 22 septembre 2017

Menaces. Un événement de ce mardi 19 septembre rentrera peut-être dans l’Histoire, alors même qu’il est resté largement sousestimé. Lors de son premier discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, Donald Trump a prononcé ces mots : « Les États-Unis ont beaucoup de force et de patience. Mais si on les pousse à se défendre ou à [...]

Lire la suite

Image de la semaine - 8 septembre 2017

Arbitraire. Salah Hamouri de nouveau arrêté par l’État israélien. Plus ici. Revoir le documentaire ci-dessus en accès libre [...]

Lire la suite

Le cocktail du 8 septembre 2017

Guerre nucléaire ? Alors que la Corée du Nord multiplie les tirs de missiles, pour montrer sa capacité à se doter d’ici peu d’une capacité de frappe nucléaire, Donald Trump ne sait plus quoi faire, oscillant comme à son habitude entre conciliation et déchaînement de violence, par exemple en évoquant la possibilité d’utiliser… l’arme nucléaire. Dominique De Villepin vient de prendre une position qui tourne le dos aux discours guerriers. En réponse à une question de la journaliste Léa Salamé « Kim Jong-un est-il fou ? », il explique : « Je pense qu'il est rationnel. Il y a trois options : agir militairement, mais on ne peut pas car les conséquences sur les populations seront dramatiques. Ne rien faire, ce qui n'est pas envisageable, ça provoquerait encore plus de danger. Ou essayer d'engager un dialogue ». Et l’ancien ministère des Affaires étrangères d’enfoncer le clou : « Il faut écouter la Chine sur ce dossier. C'est encore le pays qui a le plus de moyens de se faire entendre. Il faut aussi user de plus de sanctions. On a déjà utilisé des sanctions par six fois. Il reste encore une étape : l'arme du pétrole qui compliquera les choses considérablement pour la Corée ». Et aussi : « Nous ne pouvons pas donner un chèque en blanc à Trump dans la gestion de la crise avec la Corée du Nord ».

[...]

Lire la suite

Image de la semaine - 30 juin 2017

Lors de la Marche des fiertés LGBT, 26 juin 2016, Paris.
Lors de la Marche des fiertés LGBT, 26 juin 2016, Paris.

Lire la suite

Sandwich

Bonne nouvelle : Donald Trump est en difficulté pour faire passer au Sénat américain sa réforme visant à abroger l’Obamacare, cette loi qui a permis à des millions d’Américains d’accéder à une couverture maladie. Des enquêtes montrent que 22 millions d’entre eux pourraient être rapidement privés de toute couverture, ce qui alarme certains sénateurs républicains, soucieux de leur prochaine réélection. Cependant, bien des élus du même bord souhaiteraient une réforme beaucoup plus radicale, démembrant toutes les avancées acquises ces dernières années. Trump navigue à vue, et certains pronostiquent un échec retentissant. À suivre.

Lire la suite

Ouverture

Le Comité consultatif national d'éthique vient de rendre public un avis en faveur de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de lesbiennes. Il s'agit de leur permettre « le recours à la technique pour procréer sans partenaire masculin ». Le rapport, présenté par le président du Comité, Jean-François Delfraissy, a souligné qu'il s'agit de prendre acte des « ldemandes sociétales  » : « lL'ouverture de l'AMP à des personnes sans stérilité pathologique peut se concevoir pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultants d'orientations personnelles  ». L'inter-LGBT et SOS homophobie ont aussitôt demandé au nouveau gouvernement un calendrier législatif. Pour en savoir +, lire ici.

Lire la suite

Convergences

Le groupe Gauche démocrate et républicaine (11 députés PCF et 5 députés d’Outre mer) et le groupe France insoumise (17 membres) ont élu leur président respectif, André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon. Ils ont convergé pour proposer à la présidence de l’Assemblée nationale, Caroline Fiat (FI, Ensemble !), aide soignante élue en Meurthe et Moselle. La mise en place d'un comité de liaison, pour coordonner leurs efforts, est toujours en discussion. Des députés des deux groupes regrettent toujours la partition en deux groupes, alors qu'il aurait fallu faire front commun. Nous aussi !

Lire la suite

Congrès

Après « le séisme politique de la séquence électorale de 2017 » et son « grave échec » lors des élections législatives, assumé par Pierre Laurent, le PCF tiendra un congrès extraordinaire en 2018. Tout sera à l’ordre du jour : « établir un bilan structurel et stratégique », « se réinventer », « remettre en chantier une stratégie et des pratiques de conquêtes et de victoires », etc. Une « révolution politique du Parti communiste » est même annoncée !!!

Lire la suite

L'image de la semaine - 16 juin 2017

Sur un mur du passage Saint Pierre Amelot, longeant le Bataclan, mai 2017.

Lire la suite

Diversité ? mon œil !

Sur France 2, dimanche soir, le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi, vantait la diversité des candidats d’En Marche ! , affirmant entre autres que tous les métiers seraient ainsi représentés à l'Assemblée nationale. Libération s’appuyant sur les données du ministère de l’Intérieur, le conteste  : « plus de la moitié des candidats investis par LREM sont des cadres ou professions intellectuelles supérieures. Avec un ouvrier pour 26 avocats, la diversité est en fait relative. » Par contre, « La France insoumise est le parti qui compte le moins d’avocats (5 sur 557 candidats) pour arriver à un taux (0,9%) qui se rapproche le plus de celui de la population active. » Dont acte. Plus ici.

Lire la suite

Moralisation ? à d’autres !

Après Richard Ferrand, c’est au tour du ministre de la Justice de devoir répondre d’affaires présumées d’emplois fictifs par la formation politique qu’il préside, le MoDem. Et il n’aime pas ça, Bayrou. Face au travail journalistique d’investigation, il a illico appelé la direction de Radio France pour râler… en quittant ses casquettes officielles, comme "citoyen", dit-il ! Il nous prend pour des quiches ?

Lire la suite

Transparence ? tu parles !

L’équipe Macron entend pratiquer non seulement par ordonnances, mais sans infos et débats préalables. Bref, en toute transparence. Après avoir déclaré sur France Inter, le 7 juin, que les documents sur la réforme du Code du travail publiés par Libération n’avaient « aucune valeur » et étaient « sans intérêt politique », la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé que son administration avait porté contre le journal pour « vol, violation du secret professionnel et recel ». Il paraît que comme DRH chez Danone, elle avait l’art de la négociation. Vrai de vrai.

Lire la suite

Journalistes indignés

Vingt-trois sociétés de journalistes, dont celle de Libération, signent un texte dans lequel ils s'alarment de « signaux extrêmement préoccupants » envoyés par le nouvel exécutif (Le Monde, 13/06/217). Tri sur le volet des journalistes autorisés à couvrir le voyage présidentiel au Mali, interventions des deux ministres cités ci-dessus, et déclaration, le 11 juin, de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, sur les « efforts méritoires  » des journalistes contre sa personne. Ces derniers estiment que « Face à la liberté d’informer, le nouvel exécutif fait le choix de la tentative de pression, de la répression judiciaire et du procès d’intention.. »

Lire la suite

Loupé

Les ennuis de Richard Bertrand, ministre de la Cohésion des territoires, soupçonné de montages financiers douteux en tant que directeur des Mutuelles de Bretagne, et ceux de Murielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, concernant un emploi fictif au Parlement européen, empoisonnent la marche gouvernementale. Et viennent de conduire Emmanuel Macron et Edouard Philippe à reporter la présentation du projet de loi sur la transparence de la vie politique, prévue initialement avant le premier tour des élections législatives. Bref, ça commence bien !

Lire la suite

(Al)chimie

Lundi dernier, le nouveau PDG de la France recevait le Président russe, Vladimir Poutine, sous les ors de Versailles, tant qu’à faire. Comment un tel ‘‘cadeau de propagande’’ a-t-il pu être fait au maître du Kremlin ? Passons sur les commentaires serviles des grands médias : Emmanuel Macron aurait eu une attitude courageuse, forte, aurait surpris son interlocuteur par sa gestuelle efficace, etc. Plus sérieusement, ont été abordés la lutte contre le terrorisme, les droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie, les relations entre la France, l’UE et la Russie. À propos de la guerre en Syrie, E. Macron a évoqué la « ligne rouge très claire » que serait « l’utilisation d’armes chimiques, par qui que ce soit », ainsi que la nécessité d’« une transition démocratique » qui « préservera un État syrien », les discussions devant inclure « l’ensemble des parties prenantes du conflit syrien, y compris les représentants de Bachar Al-Assad ». La « mise en place d’un groupe de travail » d’experts semble avoir été retenue. C’est la politique des petits pas... Au moins Macron a-t-il clairement exprimé « l’importance pour la France du respect de toutes les personnes, les minorités et sensibilités », à propos des crimes commis actuellement en Tchétchénie contre les homosexuels. Par ailleurs, Moscou a confirmé ses accointances avec Marine Le Pen : « Pourquoi refuser une rencontre avec une personnalité intéressante pour nous ? (…) Mme Le Pen a depuis toujours travaillé au rapprochement avec la Russie ». Mais la tentative d’influencer l’élection présidentielle n’a pas été abordée. À suivre.

Lire la suite

Actualité

Il n’a pas eu la Palme d’or, mais le Grand prix du Festival de Cannes. 120 battements par minute et son réalisateur-militant Robin Campillo ont été ovationnés lors de la cérémonie de clôture. Le film raconte Act Up-Paris, des années 90. Libération écrit : «  À l’écran, on les regarde, filles ou garçons, gays ou trans, séropo ou séroneg, hémophiles ou toxicos, s’invectiver, avec la sensation d’assister à la naissance d’une action politique en train de s’inventer. » Pour les publics jeunes, le film sera l’occasion de découvrir comment ont alors été inventés de nouveaux modes d’actions, provocateurs et radicaux. Cependant, l’un des fondateurs d’Act Up-Paris, Didier Lestrade, souligne aussi l'actualité du film : « Aujourd'hui les actions coup de poing d'Act Up-Paris des années 1990 ne seraient pas tolérées un seul instant par l'État, la police, et une grande partie de la classe politique. (…) Aujourd'hui, ce ne sont plus les gays que l'on traîne en garde à vue, ce sont les Noirs et les Arabes que l'on matraque et que l'on tue quand ils protestent pacifiquement et dignement contre la violence policière et le manque de respect pour tout ce qui est minoritaire. L'épidémie a laissé la place à un racisme alimenté par la droite comme la gauche ». Lire ici.

Lire la suite

L'image de la semaine - 19 mai 2017

Lune de miel. Amis-amis en amont, radieux aujourd’hui, Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, le 16 mai :

Lire la suite

La fabrique du pouvoir

Distribué par les Mutins de Pangé, et diffusé cette semaine sur Arte, le documentaire de Laurent Cibien, Edouard, mon pote de droite, ne manque pas de sel : on y entend ainsi l’actuel Premier ministre déclarer qu’être maire est nettement plus efficace qu’être député. Et Premier ministre ?. On le voit aussi donner un cours de com’ à ses supporters de campagne. Derrière le côté quadra décontracté se pointe la réalité du jeune loup aux dents longues. Le réalisateur explique avoir voulu, en filmant son "copain de lycée" depuis plus de 10 ans « comprendre la fabrique du pouvoir dans la France d’aujourd’hui. » Concluant !

Lire la suite

Main de fer

« Ancien préfet de la région Bretagne et de la zone de défense et de sécurité Ouest, ce sportif amateur de golf fit respecter l’ordre d’une main de fer au moment des manifestations contre la loi El Khomri, au risque d’une escalade dans les violences. » (Le Monde, 15/05/2017) Euphémisme ! L’ordre du préfet Patrick Strzoda ? Un manifestant éborgné lors d’une charge, vingt autres mis en examen pour association de malfaiteurs, des journalistes pris à partie par des policiers, une voiture de police qui fonce sur les manifestants… Voilà une expérience et des compténeces pour, en tant que Directeur de Cabinet d’Emmanuel Macron, diriger désormais l’Elysée et suivre les questions régaliennes - Défense, Affaires étrangères, Justice, Finances et Intérieur. Sportif !

Lire la suite

De droite et unisexe

Ni Première ministre, contrairement au tweet de com’ d’E. Macron du 28 mars, ni ministère des Droits des femmes. Le Collectif national pour les droits des femmes dénonce « ce caractère totalement unisexe de nos institutions ». Sans penser néanmoins « que les inégalités structurelles se régleront à travers un ministère. Des siècles de patriarcat balayés en 5 ans, ça on n'y croit pas. D'autant plus qu'Emmanuel Macron prévoit des mesures de libéralisation de l'économie qui toucheront durement les femmes. » Et de conclure : « le renouvellement ça n'est pas pour aujourd'hui. Ça ne nous étonne pas de la part d'un Président de droite et de droite. Nous prenons date, de suite, pour continuer le combat. Ce n'est qu'un début. » Plus sur communistesunitaires.net, rubrique "Luttes féministes".

Lire la suite

Compromission

Dans un courriel envoyé sur sa liste de diffusion, Maximes Combes (ATTAC) interpelle Nicolas Hulot qui, après avoir refusé d’entrer au gouvernement en 2016, « en 2017 accepte d'entrer dans un gouvernement dirigé par un élu de droite pro-nucléaire et pro-charbon où l'ensemble des postes économiques sont tenus par la droite et des pro-businness ». M. Combes insiste : « les politiques écologiques dont nous avons besoin ne sont pas compatibles avec les politiques de compétitivité économique voulues par Macron, Philippe, Le Maire et consorts. » Une promiscuité qui ne semble donc pas gêner Nicolas Hulot, mais qui entretient, selon Maxime Combes, « la confusion ». De confusion en compromission, il n’y a souvent qu’un pas.

Lire la suite

L'image de la semaine

"Béton, croissance et finances" « Sous les habits neufs de M. Macron, le néo-libéralisme continue sans changer. Marginalisant l’écologie, et oubliant l’inégalité sociale », écrit Hervé Kempf le 9 mai sur reporterre.net. À lire ici.

Lire la suite

Vous avez dit "culture" ?

Le mot "culture" faisait partie du chapelet égrené pendant la campagne du candidat Macron. Mais la première partie du "son et lumières" de sa victoire, dans la cour du Louvre, « augurait du pire : ses danseuses en bikinis casquées de rouge rabaissaient l’exercice à une démo vulgaire pour étudiants en école de commerce en soirée à Ibiza. Les collectifs féministes ne s’y sont pas trompés, dénonçant la mise en scène – et non les danseuses elles-mêmes – et l'image qu'elle donnait de la représentation des femmes(...) » Plus sur politis.fr.

Lire la suite

C'est pas moi, c'est lui !

Entre les rentes de situation revendiquées par les uns et les prétentions hégémoniques des autres, tous ayant de "bonnes raisons" de boutique, vous risquez forts, les uns et les autres, de gâcher une occasion historique. Des coups de pieds au c... qui se perdent !

Lire la suite

Le pari de l'intelligence...

et d'une démocratie refondée. Quand certains s'étripent nationalement, il faut miser sur l'intelligence citoyenne qui persiste et signe. Par exemple dans le 93 avec Clémentine Autain, dont le suppléant François Asensi déclare qu'il faut : « faire entrer la force du peuple à l'Assemblee nationale. Pour contrebalancer les pouvoirs considérables du nouveau Président qui s'apprête à casser le code du Travail et nos protections sociales, il sera indispensable d'élire en nombre des députés fidèles aux valeurs de gauche et porteur combattif du programme de Jean-Luc Mélenchon. » Par exemple dans la Somme avec François Ruffin et Picardie debout (communistes, écologistes, insoumis, Ensemble !, des socialistes, et beaucoup de citoyens et de citoyennes non-encartés, qui s'engagent pour la première fois ) qui invitent à un meeting-fête-lutte dimanche 14 sur le parking des Whirlpool à Amiens. À mulitiplier.

Lire la suite

Homophobie au quotidien

Le rapport annuel 2017 de SOS Homophobie sur les actes commis contre les LGBT est alarmant. Si des progrès ont été accomplis en matière de lois sur les droits et libertés des personnes lesbiennes, gays, bies et trans, progrès très largement approuvés par l’opinion publique, les agressions verbales et physiques ont de nouveau augmenté, pour une part importante « dans des contextes liés à la vie quotidienne, en famille, dans les lieux publics, le voisinage, au travail et dans le milieu scolaire, où les victimes sont de plus en plus jeunes. Pour le président de l'association, le discours LGBTphobe « a retrouvé de la puissance en 2016, quand la Manif pour tous a tenté de se restructurer pour mieux réexister. Il y a également eu une porosité avec le mouvement Sens commun qui soutenait le candidat Fillon. Certes, il s’agit d’une minorité. Mais d’une minorité bruyante qui pèse, notamment via les réseaux sociaux. À l’arrivée, leurs propos ravivent la haine (...) » L'association entend bien poursuivre sa lutte pour « construire un monde ouvert dans lequel chacun-e pourra être, aimer et vivre librement quelle que soit son orientation sexuelle et son identité de genre. » Plus ici.

Lire la suite

Image de la semaine - 5 mai 2017

Les forces populaires se mobilisent. Au Brésil, 8 mois après le "coup d'État institutionnel" qui a amplifié l'offensive néolibérale, une grève générale historique a montré que les forces populaires sont toujours là, mobilisées le 28 avril contre deux mesures phares du gouvernement de Michel Temer (ci-dessus représenté en vampire) dont [...]

Lire la suite

Consultation

Voici les résultats de la consultation organisée par France insoumise auprès des soutiens à la candidature de Jean-Luc Mélenchon sur le second tour de l’élection présidentielle. Sur les 243 128 insoumis ayant voté, 87 818, soit 36,12 %, se sont prononcés pour un vote blanc ou nul, 84 682, soit 34,83 %, pour un vote Emmanuel Macron et 70 628, soit 29,05 %, pour l'abstention. France insoumise a rappelé qu’il « ne s’agissait pas de déterminer une consigne de vote mais d’organiser la prise de parole des insoumis.es au sujet de leurs choix de second tour » et qu’ « étant donné l’attachement profond de la France insoumise aux principes d’égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front National ne constituait pas une option de la consultation ».

Lire la suite

Prières

Les états-majors du PCF et de France insoumise se sont rencontrés cinq fois depuis janvier pour parler des élections législatives. La fumée blanche n’est toujours pas apparue… On oscille : un jour, on se dit que ça a l’air de progresser, le jour suivant on entend les saillies des uns ou des autres, dans la presse ou sur les réseaux sociaux (belle relation collaborative !). Au total, on prie pour que les grands chefs trouvent un compromis, le plus large possible et le plus ouvert à des candidatures représentatives de la diversité de ceux qui ont voté Mélenchon ou qui pourraient rejoindre la dynamique. Le suspens prendra fin bientôt, les candidatures devant être déposées entre le 15 et le 19 mai. Un détail : pour être au second tour lors du scrutin législatif, il faut être parmi les deux candidats arrivés en tête ou obtenir au moins 12,5 % des suffrages des inscrits dans la circonscription. Qu’ils se le disent !
Dernière minute, un accord serait en passe d'être trouvé. Nous y reviendrons dans notre prochain numéro.

Lire la suite

Langue de bois

Qualifiant le débat Macron – Le Pen de « face à face confus, accablant et indigne », Le Monde souligne le risque de « l’irruption, au cœur de la démocratie française, de la brutalité et de la duplicité de la tradition politique et familiale, qu’incarne Marine Le Pen ». Le quotidien explique : « En violant tous les usages de cette confrontation, en méprisant jusqu’à l’exigence de sincérité, Marine Le Pen a dévoilé ce que serait sa pratique du pouvoir, si par malheur elle était amenée à l’exercer. Son but n’est pas d’échanger, mais d’abaisser. Sa stratégie n’est nullement de convaincre, mais de nuire. Son projet n’est qu’une entreprise de démolition ». On partage. Cependant, le journal n’est pas très explicite sur Macron, et même carrément langue de bois : « C’est, au fond, la fonction ultime et essentielle d’un tel débat : prouver aux Français que l’on a l’étoffe d’être leur président. À 39 ans, surgi au premier plan depuis quelques mois seulement, Emmanuel Macron n’a certainement pas levé toutes les interrogations à cet égard ». Euphémisme !

Lire la suite

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité