Retrouvez Cerises en ligne sur www.cerisesenligne.fr

S'insoumettre à la prédation...

"La France, puissance maritime qui s'ignore", dossier signé Jean-Luc Mélenchon député européen, est la matrice du Plan Mer, élément important de sa candidature de 2017. On trouve là nombre d'affirmations. En page 73, « la France dispose de trésors », et le document de signaler : « la mer contient 90 % des réserves d'hydrocarbures de la planète ». Page 74 ce sont 84 % des minerais et métaux de la planète qui gisent sous les fonds marins. Puis page 78 le document relève que « la lutte pour l'appropriation de l'espace maritime fait rage »... La preuve ? « des îlots au sous-sol maritime prometteur hier ignorés devienne un enjeu pour lesquels se déploie des navires de guerre russes japonais ou chinois ».

Et le lecteur de sentir le magot à portée de main. Il faut pour cela un engagement d'ampleur de la France vers les ressources minières. Et les chiffres du service hydrographique et océanographique de la Marine sont convoqués en page 76 :

Notre pays compte 18 000 km de côtes. Et surtout avec 11 millions de km2 nous disposons du 2e territoire maritime du monde juste derrière les États-Unis  ! Ce territoire représente plus de 16 fois notre territoire. « C'est alors un changement de paradigme national : 97 % du territoire maritime français se trouvent dans nos outre-mer si souvent dédaignés. »

NOS outre-mer ! La prédation n'a pas pris fin.

Mais que les âmes sensibles se rassurent, aux propriétaires immémoriaux et si terriblement mémoriaux du pactole annoncé le document concède en page 79 qu'ils trouveront là... un espace de développement… On ne change pas une formule qui gagne. Pour s'installer au banquet du pactole énergétique, la France Insoumise coiffée du casque colonial, comme on jette un os, fait à son tour la promesse usée du développement aux peuples que l'on vient dépouiller.

La rigueur exige de préciser que le programme L'Avenir en Commun comporte un sous chapitre consacré à "L’égalité réelle pour les Outre-mer" :

Faire vivre la République, l’égalité, le métissage et le droit du sol contre le racisme et l'ethnicisme, faire des Outre-mer des territoires pilotes de la planification écologique, assurer l’égalité et la présence de l’État, favoriser un développement endogène en rupture avec le modèle actuel d’économie de comptoir, faire des Outre-mer des leviers d’alternative à l’échelle mondiale…

Tout y est, avec les mots qui vont bien, mais le seul référendum d'autodétermination imaginé par la France Insoumise c'est celui que les Kanakes eux-mêmes ont arraché à la puissance coloniale. Et l'égalité réelle s'arrête là où commence la prédation.

Ah ! Le développement endogène. Ah ! Le respect des cultures ! Aux peuples ultra marins il n'est même pas laissé la possibilité de dire "entrez, faites comme chez vous" puisque nous y sommes déjà !

Les électeurs ultra marins, d'ici ou de là-bas dans leur île, en ce début de siècle ne sont en général que la 5e ou 6e génération de nés libres de leur lignée. C'est dire s'ils ont les oreilles encore toutes neuves pour entendre ce bruit colonial persistant que l'on trouve là ou non, on ne l'attendait pas.

La campagne électorale autonome du PCF ou d'Ensemble !, façon soutien de l'extérieur, les convaincra-t-elle en 2017 ? De toute façon la porte était fermée de l'intérieur et quoiqu'il en soit il est des postures qu'on amende pas, on les combat.