Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Avec nos excuses !

Commentaires

Les commentaires de cet article ne sont pas modérés a priori. Mais la rédaction s'autorise à retirer ceux qui ne respectent pas la charte du site.

[François] réaction au texte "Si j'étais un gilet jaune", mer. 26/06/19 | 23h23

Tout cela est probablement vrai, mais les syndicats conspués, voire interdits de séjour dès le début du mouvement des gilets jaunes pourraient ironiser de la même manière sur les résultats obtenus à l'issue de plusieurs mois de lutte. Je ne souhaite pas qu'une telle situation se produise. La lutte menée n'a pas été plus efficace que les "trajets processionnels République- Bastille". La crise politique déclenchée n'a pas coulé LREM, loin de là... D'une certaine manière, ils en sortent renforcés en s'élargissant beaucoup sur leur droite et un peu sur leur gauche... et ce n'est pas fini ! Profitant de l'abstention liée au dégout compréhensible pour la politique d'une partie significative de l'électorat LREM et le RN pourraient continuer de prospérer. Par ailleurs, des centaines de personnes vont payer au tribunal le prix de leur engagement quand ce n'est pas dans leur chair suite à leurs blessures. Alors plutôt que de remettre de l'huile sur le feu sur les relations entre les Gilets Jaunes et les syndicats ou les politiques, il faudrait certainement que les uns et les autres admettent que personne n'a LA solution. La solution se construit collectivement sans rejeter apriori telle ou telle forme d'organisation, ni telle ou telle personne du fait de son appartenance depuis toujours à une organisation dans laquelle il-elle pensait honnêtement faire avancer les choses pendant que les nouveaux bien-pensants s'occupaient de leurs affaires en nourrissant les arguments du "tous pourris" qui sont si chers à l'extrême-droite (d'où sa facilité à s'infiltrer ?). On a toutes et tous des tonnes d'arguments à se balancer à la figure, mais la raison voudrait que l'on passe à autre chose : l'écoute et le respect mutuel des personnes qui veulent construire une société plus juste, plus digne. Et là il n'y a pas de mystère : il faudra faire la queue devant l'isoloir. Soit on aura réussi à construire un projet de gauche constructif et unitaire et avec tous les défauts qui vont avec, soit on laissera le dérapage à droite et à l'extrême droite se poursuivre. Personne n'a la médaille de la meilleure militance politique.

Réagir à votre tour

Titre :
Pseudo (optionnel) :
Email (optionnel - uniquement accessible à l'équipe de Cerises en ligne) :
Votre commentaire :
Anti-spam: saisissez le chiffre 6010 si vous n'êtes pas un robot...