Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Le peuple ! Au secours ?

Commentaires

Les commentaires de cet article ne sont pas modérés a priori. Mais la rédaction s'autorise à retirer ceux qui ne respectent pas la charte du site.

[F Châtelet] Un exemple de Le peuple ? Au secours ! sam. 15/12/18 | 09h14

Un exemple pour "le peuple ! Au secours ?
Sur le site internet du NPA (le parti de la vraie révolution prolétarienne) :
"Justice sociale : ce n’est pas le 17 novembre que nous pourrons nous faire entendre !
Jeudi 1 novembre 2018, mise à jour Jeudi 1 novembre 2018, 11:03
...Pour autant, cette mobilisation est problématique. D’abord parce qu’avant d’être l’expression d’un mécontentement populaire, cette mobilisation est surtout porteuse d’une vieille revendication du patronat routier, pour qui les profits se mesurent à l'aune des tonnes de carburant mises dans les cuves de ses camions qu'il répand en masse sur le réseau routier, en contradiction avec les mesures les plus élémentaires de préservation de l’environnement...
...On ne s’y trompera donc pas. Tout comme les syndicats CGT et Solidaires, samedi 17 novembre, nous ne mêlerons pas nos colères aux manœuvres des patrons ...
...Mais nous ne pourrons pas le dire le samedi 17 novembre dans des actions ou des rassemblements prétendument « citoyens »aux allures de foire poujadiste, dans lesquels nous nous retrouverions au côté des ennemis les plus farouches du mouvement ouvrier.
Montreuil, le 31 octobre 2018"
Il ne restait plus qu'à Besancenot d'aller faire ultérieurement le virage à 180° sur les plateaux des medias.

[Anonyme] De l'autoflagellation dim. 16/12/18 | 12h18

Étant militant à sud Éducation, l'édito de notre camarade Christian appelle de ma part quelques commentaires. Je ne peux m'empêcher d'être dérangé par le coté "autoflagellation" de certaines réactions, par rapport au mouvement GJ, assimilé au "peuple", dans notre organisation syndicale.
Certes, le mouvement GJ, dans sa dernière phase, a montré qu'il allait vers des revendications sociales claires, et aussi des revendications politiques démocratiques réelles. Certes, il montre une auto organisation remarquable, avec une forte présence féminine. Mais doit-on se sentir coupables de ne pas nous être investis dès le départ? Il faut tout de même se souvenir que le mouvement a clairement rejeté, dès le départ, tout contact avec des syndicats. Ce n'est pas nous qui avons regardé ce mouvement "de haut", c'est les portes-paroles autoproclamés du mouvement qui ont rejeté les militant-es syndicaux. Et pourquoi l'ont-ils fait, pourquoi affichaient-ils haut et fort " n'avoir jamais manifesté auparavant"? Parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec nous. Sinon pourquoi? Les GJ ont tout fait pour s'isoler.
Alors oui, le mouvement a évolué dans sa dernière phase, se rapprochant de certaines de nos revendications. Et là oui, nous devons nous inquiéter de notre propre réalité. Car quel que soit notre affichage, nous sommes très peu visibles, très peu présents. La manifestation parisienne de Vendredi 14 a été révélatrice, la présence de Solidaires y était squelettique, hormis pour les secteurs en lutte: les postier-ères du 92, et l'éducation (et là, Sud-éducation était bien présent). Alors ni flagellation, ni proclamation de "grève générale" hors sol. Nous devons être nous mêmes, lucidement, et jouer notre rôle d'organisation syndicale, en lutte pour mobiliser nos secteurs professionnels. Si autocritique il doit y avoir, elle doit porter sur notre faible capacité à mobiliser dans nos secteurs. Mais cette autocritique nécessaire ne doit pas nous amener à sacraliser "le peuple".

Réagir à votre tour

Titre :
Pseudo (optionnel) :
Email (optionnel - uniquement accessible à l'équipe de Cerises en ligne) :
Votre commentaire :
Anti-spam: saisissez le chiffre 5979 si vous n'êtes pas un robot...