Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Horizons d'émancipation / L'exercice de la démocratie

L’exercice de la démocratie

Prologue

Cerises, la coopérative est étroitement associé au travail politique de plusieurs mouvements qui se fédèrent pour l’émancipation : l’Association Autogestion (AA), l’Association des communistes unitaires (ACU), les Amis de Tribune socialiste (ATS), l’Observatoire des mouvements de la société (OMOS), le Réseau pour l’autogestion, les alternatives, l’altermondialisme, l’écologie et le féminisme (AAAEF), le Temps des lilas et l’Union syndicale Solidaires. L’équipe de rédaction a retenu les axes essentiels des débats de la séance de travail du 23 mars et en fait son miel pour le dossier d’avril.

Le 11 mai prochain, nous poursuivons la réflexion sur consensus et dissensus, rôle des organisations, et définition des droits fondamentaux.

Pour illustrer le dossier, des photos de Laurent Levy, du grand mouvement populaire et démocratique qui se déroule actuellement en Algérie.

Reportage Laurent Lévy
Reportage Laurent Lévy

Commun et controverses

Poursuivant réflexions, échanges et travail engagés depuis plusieurs séances, le 23 mars nous avions pour ambition de réfléchir à l’exercice de la démocratie. L’exercice ou les exercices ? Inventer et pratiquer la démocratie à grande échelle oblige sans doute à imaginer des solutions différentes et complémentaires, selon qu’on parle du collectif de travail, de communes fédérées, d’une production sur le plan national ou encore de l’utilisation des richesses naturelles. Si l’assemblée générale est le principe de base, comment en assurer l’émanation dès lors qu’il s’agit de se fédérer |? Mandats impératifs, contrôlés, révocatoires, tirage au sort, vote ou consensus… Des cas concrets ont été expliqués. Plusieurs personnes présentes ont fait part de l’évolution de leur réflexion sur ces sujets ; sans doute que sur bien des points, la solution est dans la complémentarité des méthodes, pas dans la recherche de « la » solution miracle, applicable à tous les périmètres et tous les sujets. Autre point abordé : la Chambre sociale. Cette hypothèse était émise dans la perspective de réaffirmer le caractère politique des organisations syndicales et associatives mais, maintenir une séparation avec le lieu de décision réel, quel que soit son nom, ne serait-ce pas laisser encore celui-ci aux seules mains des organisations politiques ? La controverse, enrichissante et constructive, continue… L’exemple de la commune de Mancey, et d’autres que nous ne pouvons aborder ici faute de place, montre que le « déjà-là » existe, se construit. Nos travaux ne sont pas déconnectés de la réalité social-politique. Les Gilets jaunes, le peuple d’Algérie, mais aussi quelques modestes alternatives syndicales et/ou autogestionnaires qui se construisent à l’échelle internationale en sont d’autres témoignages.