Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Culture

Esprit de suite

La rentrée de l'atelier

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

À voir à entendre à lire

«Vous avez dit libre ? »

« Libre » Film de Michel Toesca

Dans cette belle Vallée de la Roya, sorte d’enclave française bordée par l’Italie, Cédric Herrou, «simple agriculteur» fait simplement acte de résistance face à l’État en hébergeant dans sa ferme des migrants demandeurs d’asile. Il a commencé en prenant, presque par hasard, dans son camion au bord de la route des migrants qui tentaient à pied de rejoindre la France pour demander l’asile. Puis petit à petit l’aide s’est construite jusqu’à 90 migrants installés dans la ferme; et beaucoup d’habitants de la vallée ont participé à l’action (Isabelle infirmière est de ceux là). Cédric est dit «hors la loi» par l’État accusé dans plusieurs procès du délit de soutien aux sans papiers, alors qu’il est dans la légalité puisque ces personnes (et plus particulièrement les mineurs non accompagnés) ont le droit de venir demander l’asile, et que l’État cherche seulement à les en dissuader. Pourquoi Libre? Cédric explique que même s’il doit aller en prison (ce qui semble possible) il est libre dans sa tête, c’est-à-dire qu’il agit selon ses valeurs: la fraternité justement qui sera reconnue par le conseil constitutionnel en juillet 2018. Mais Cédric ne fait pas de grands discours, il agit, il ne se pose pas en héros mais simplement en être humain, et en simple citoyen en résistance positive face à «un système raciste». Si la gendarmerie qui fait plusieurs descentes dans la ferme semble relativement compréhensive, ou bien ne sait pas comment traiter le problème, les policiers de la sûreté des frontières sont intraitables. Les migrants feront plusieurs allers /retours entre Vintimille et Nice, y compris à pied à travers les montagnes (magnifiques mais nous ne sommes pas là pour faire du tourisme). La sortie d’un premier procès où une foule, dépassant largement les seuls militants, l’acclame montre combien les citoyens sont, ou peuvent être, sensibilisés positivement au problème et moins hostiles que certains politiques voudraient nous le faire croire. Michel Toesca, caméra à l’épaule, suit Cédric et les autres pendant 3 ans et fait un très beau film témoignage. A voir absolument !

Bénédicte Goussault