Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Culture

Esprit de suite

La rentrée de l'atelier

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Sur le plateau

Accords

Depuis le début des années 2000, l’Union Européenne empile de nombreux accords de « partenariats » et de « coopération » avec les pays d’émigration et de transit.

Ces appellations renvoient à l’idée d’aide au développement, de solidarité, d’égalité dans la négociation avec les pays des Suds.

Or, des accords de Cotonou de 2000 à la récente déclaration UE/Turquie (voir encadré), l’aide au développement est détournée dans le seul l’objectif de contrôler les migrations et militariser les frontières.

On parle ainsi d’externalisation des frontières européennes (qui se retrouvent déplacées au sein même des pays de départ/de transit), et de délocalisation des contrôles des frontières.

Il s’agit, avec ces accords de transformer ces pays tiers en gendarmes de l’Europe, peu importe qu’ils soient autoritaires et responsables de violations des droits humains (Soudan, Erythrée, par exemple) ou que les trajectoires des migrant-e-s s’en trouvent de plus en plus longues et périlleuses.

Le processus de militarisation des frontières a de nombreux profiteurs. Tout d’abord, les sociétés et entreprises de conseil dans la défense et la sécurité biométrique (Thales, Veridos, OT Morpho ou les sociétés de défense turques Aselsan et Otokar). Ensuite les États qui en faisant la guerre aux migrant-e-s, alimentent l’imaginaire de l’envahisseur à nos portes qu’il faut abattre à tout prix. Enfin, ce processus légitime les régimes autoritaires qui peuvent, avec le silence complice de l’Union européenne, réprimer tout signe de révolte (un exemple criant celui de la Turquie).

2000. Accords de Cotonou par les États ACP (Afrique Caraïbes Pacifique)

2004. Politique Européenne de Voisinage avec le Maroc comme premier « bénéficiaire »

2005. Approche Globale des migrations de l’UE

2006. Processus de Rabat (Europe + Afrique du Nord et de l’Ouest)

- Durant les années suivantes, la France a conclu une dizaine d’accords de gestion « concertée » des flux migratoires avec des pays africains

2013. Partenariats pour la mobilité entre l’UE et le Maroc et l’UE

2014. Partenariats pour la mobilité entre l’UE et la Tunisie

2014. Processus de Khartoum (UE, Corne de l’Afrique, Égypte et Tunisie)

2015. Sommet euro-africain de la Valette

- « Migration compacts » annoncés en 2016 et qui seront des pactes plus souples et sur « mesure » entre l’UE et des pays tiers. Inspirés de la déclaration UE/Turquie de mars 2016.

Toute aide commerciale, économique ou « au développement » est conditionnée par la bonne volonté de l’État tiers de gérer ses frontières. Ce chantage prend la forme d’accords

(bilatéraux, régionaux) mais aussi depuis 2016 de cadres plus informels et plus larges qui échappent aux contrôles parlementaires (processus de Rabat, Khartoum et la Valette). Ces différents dispositifs s’adaptent aux évolutions des trajectoires de migrations, concernent de plus en plus de pays et deviennent de plus en plus complexes.

Ils s’appuient sur des rapports asymétriques entres les États et renforcent même cette asymétrie. Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une gestion « concertée » des questions migratoires contrairement à ce qui est affiché, mais bien d’une gestion coloniale. En effet, ils sont ancrés dans un cadre colonial (programmes d’ajustement structurel, pillage des ressources, accaparements des terres, guerre en Lybie, au Mali, en République Centrafricaine) qui comme l’indique le rapport "Expanding the Fortress"*, « bien que l’UE et ses États membres ne "possèdent" pas les pays tiers comme ils l’ont fait pendant la période coloniale, leurs politiques migratoires indiquent clairement un niveau de contrôle et de priorité des intérêts européens par rapport aux intérêts africains qui font écho à l’histoire coloniale honteuse de l’Europe. »

*https://www.tni.org/files/publication-downloads/expanding_the_fortress_-_1.6_may_11.pdf