Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cocktails

Cocktail du 18 mai 2018

Honte. A l’occasion de la réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, ce mardi 15 mai, l’ambassadrice américaine, Nikki Haley, a quitté la salle au moment où s’exprimait le représentant des Palestiniens. Il faut dire qu’elle venait de soutenir le massacre commis ces derniers jours par Israël à Gaza, osant même affirmer qu’Israël « a fait preuve de retenue » et aussi qu’ « aucun pays dans cette salle n'aurait agi avec autant de retenue que ne l'a fait Israël ». L’histoire retiendra qu’au moment même où les États-Unis ouvrait leur nouvel ambassade, désormais à Jérusalem, soixante Palestiniens, dont des femmes et 8 enfants, étaient tués par l’armée israélienne, tandis que des milliers d’autres étaient blessés par des tirs. Si les États-Unis et Israël apparaissent comme isolé avec seulement quelques autres au sein de la communauté internationale, un système d’apartheid est bel et bien en cours d’installation.

Tout va bien. L’ONG Oxfam vient de publier un rapport, sans surprise pour les lecteurs de Cerises mais tout de même éloquent, sur la répartition des richesses entre les dirigeants d’entreprises, les actionnaires et les salariés. Alors que les profits des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 60 % depuis 2009, « ces gigantesques richesses créées ne sont pas équitablement partagées avec celles et ceux qui la créent : elles ont surtout bénéficié aux actionnaires et aux dirigeants de ces entreprises, plutôt qu'aux salariés ou aux contribuables ». Concrètement, 67,4 % de leurs bénéfices vont en dividendes aux actionnaires contre 5,3 % aux salariés. En 2016, les PDG des mêmes entreprises gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC et 119 fois plus que la moyenne de leurs salariés. Accessoirement, elles comptaient 1 454 filiales dans les paradis fiscaux. Le patron des patrons, Gattaz, a estimé que le rapport en question est biaisé et politique. Lol ! + d’info, ici.

Inédit. Voici la liste des organisations appelant à manifester, à travers toute la France, le 26 mai dans une "Marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité" : Alternative et autogestion
, Alternative Libertaire
, APEIS, 
ATTAC, 
Climat social
, Collectif des Associations Citoyennes, 
Collectif National pour les Droits des Femmes
, Collectif La Fête à Macron, 
Confédération Générale du Travail
, Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité, 
Convergence nationale de défense des services publics, 
DIDF, 
DIEM25, 
Droit au Logement, 
Ecologie sociale 
Europe Ecologie Les Verts
, Les Effronté.es
, Ensemble !
, Femmes Egalité
, Fondation Copernic
, France Insoumise
, Gauche Démocratique et Sociale
, Génération.s
, MJCF
, Mouvement Ecolo
, Mouvement National des Chômeurs et Précaires, 
Nouvelle Donne
, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, 
Parti de Gauche
, Parti Ouvrier Indépendant Démocratique, 
PCOF
, PCRF
, République et Socialisme, 
Résistance Sociale, 
Snesup-FSU
, Solidaires
, Syndicat des Avocats de France
, Syndicat de la Magistrature, 
UEC, 
UNEF
, Union Nationale Lycéenne. Et, à notre avis, cette liste n’est pas close !

Prometteur. Ce qui n’était pas possible, à savoir manifester le 5 mai après manifesté le 1er mai, est devenu réalité ! Le comité confédéral national de la CGT a décidé d’appeler à manifester le 26 mai, en compagnie de nombreuses organisations, politiques, syndicales et associatives. Ainsi, une nouvelle étape dans la mobilisation face à la politique de Macron pourrait bien être franchie. Les médias bien pensants, malheureux de cette décision, ont d’ores et déjà commencé à entonner le refrain habituel de la courroie de transmission entre partis et syndicats, n’envisageant pas du tout que des relations de coopération de nouveaux types, égalitaires et respectueuses de chacun, puissent se nouer. Bon, reste à être vraiment très nombreux, partout dans le pays, le jour J.

Reconversion. Après avoir quitté le navire du Média insoumis, Noël Mamère a indiqué être disponible pour conduire, lors des élections européennes de 2019, une liste commune d’Europe Ecologie Les Verts et du mouvement de Benoît Hamon, Générations. Il indique d’ailleurs « travailler aux liens » entre les deux organisations, ce qui pourrait contribuer à pousser sa candidature, et précise même qu’il « semblerait » que cette hypothèse soit envisagée par l’ancien candidat PS à l’élection présidentielle. Considérant enfin qu’ « Emmanuel Macron prend de sérieux risques en affaiblissant de manière systématique les corps intermédiaires et en menant une politique libérale qui s’adresse principalement aux plus nantis », il explique ne pas souhaiter son échec, « car un échec de Macron constituerait un risque grave avec la montée des populismes et de l’extrême-droite ». On a connu Mamère plus radical…

Haine anti-LGBT. Le nouveau rapport annuel de SOS Homophobie en témoigne : les actes d’homophobie, de biphobie, de lesbophobie et de transphobie sont en France nombreux, très nombreux. L’association a ainsi comptabilisé 1 650 témoignages en 2017, soit une hausse de cas de 4,8 % en un an. Le rapport est accessible ici.

Vomi. Évoquant la polémique alimentée par l’extrême-droite et le gouvernement concernant le port du voile d’une représentante de l’UNEF dans une université parisienne, Mariane, par la plume de son directeur adjoint de la rédaction Jack Dion, toujours prêt à une saloperie islamophobe, a titré, ce 16 mai : "L’Unef se lance dans la promo du voile islamique". L’auteur évoque le « signe ostensible d’une poussée intégriste inédite dans une telle organisation », se vautrant dans cette brillante comparaison : « Reste à savoir si un syndicat se réclamant de la gauche a vocation à assurer la promotion de responsables qui sont à la laïcité et aux droits des femmes ce que Harvey Weinstein était aux actrices ».

À lire. Au sommaire du Monde Diplomatique de mai, un article sur l’outil universel qu’est devenu le gaz lacrymogène, dont les protestataires du monde entier - et singulièrement les Français ces temps ci - font l’expérience, et différentes contributions importantes : sur la dérive répressive et raciste de la Birmanie, sur le retour de la violence politique au Brésil, sur le phénomène des lanceurs d’alerte en Afrique (face à la corruption) ou encore sur la mobilisation croissante de la puissance publique face aux trafics des données personnelles… Notons aussi un article sur la Charte d’Amiens, l’indépendance syndicale et les relations entre social et politique, et un autre sur l’abandon par la France de ses villes moyennes, à travers l’exemple de la ville de Montluçon. Passionnant !

Lutte des classes. Il faut voir En guerre, le nouveau film de Stéphane Brizé. C’est l’histoire de la résistance des salariés à la fermeture de leur entreprise, alors même que ses actionnaires encaissent des bénéfices record. Vincent Lindon est dans le rôle du leader de la CGT, Laurent Amédéo, et l’ensemble des acteurs sont des non professionnels. Après avoir été ovationné par le public lors de sa projection, le film sera-t-il récompensé par le Jury de Cannes ? A l’heure où ces lignes sont écrites, nous parions gros sur une réponse positive.