Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Coup de torchon

Blanquer et Buzyn : même combat

Sous des dehors lisses et professionnels, les ministres Jean-Michel Blanquer et Agnès Buzyn ont un point commun : faire basculer au secteur marchand les activités les plus "rentables" de l’Éducation nationale et de la Santé. Ceux-là ne jurent que par "offre scolaire" ou "de soins".

Blanquer a ainsi expliqué à SOS Éducation (association proche de Sens Commun) que « sans aller vers des logiques de privatisation, on peut aller vers des logiques de délégation, qui permettent d’accomplir mieux le service public en responsabilisant davantage les acteurs ».

Buzyn, elle, ne change rien à la logique à l’œuvre dans son secteur. Alors qu’il faut une révolution dans un système de santé qui s’écroule, que le temps est venu de construire des centres de santé appliquant le tiers-payant intégral, sans dépassement d’honoraires et avec des professionnels de santé salariés, elle reste sur la vieille logique libérale qui a fait fermer 100 000 lits dans les hôpitaux en vingt ans et laissé mourir des gens sur des brancards. L’emblématique projet d’Hôpital Grand Paris Nord, qui implique la fermeture de Bichat et Beaujon, c’est ainsi et à nouveau 400 lits en moins. Avec à la clé la construction juste en face d’un hôtel hospitalier, à la charge principale des patients et des complémentaires, et non de la Sécurité sociale.

Pas d’argent ? La taxe de 12 % prélevée sur l’ensemble des salaires à l’hôpital rapporte 4 milliards € à l’État. Sa suppression pourrait créer directement 80 000 emplois dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Le gouvernement a préféré supprimer l’ISF (4,5 milliards). C’est dire son sens de la justice sociale et de l'efficacité.