Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cuisine alternative

"En même temps" est à nous !

C’est une des rares choses qui rendait Macron sympathique. Sa fameuse formule "en même temps". Par cette formule, on a beaucoup dit que se signalait sa proximité avec le philosophe Paul Ricœur. Le philosophe protestant est en permanence dans ce mouvement. Pour étudier une question, il discute beaucoup les réflexions et les auteurs déjà présents sur le sujet. Il le fait de manière généreuse : il cherche à réellement comprendre et à voir ce qu’il y a de positif dans leurs pensées. Cela oblige à prendre en compte "en même temps" une multiplicité de points de vu souvent contradictoires. Le verbe qui va avec "en même temps", est "tenir" : tenir une idée et une autre, une valeur et une autre, une réalité et une autre. Ayant construit sa pensée dans les années 1930 à 1950, il a vu les ravages d’une pensée de "camp" qui rend tout simple et simpliste. Il défend la nécessité de complexifier l’analyse de la réalité.

Le "en même temps" n’est pas seulement ricœurien, loin de là. On peut lui trouver des airs très marxistes. La dialectique marxiste est une manière de tenir en même temps les réalités qui échappent aux humains et celles qu’ils essaient de transformer. Le mouvement de l’économie et celui des idées. Être pris par l’idéologie et mener la bataille des idées. Faire l’Histoire et ne pas savoir l’Histoire que l’on fait. Analyser suffisamment les choses pour atteindre leurs contradictions. Cela est particulièrement vrai des phénomènes sociaux. Par exemple de la religion, opium du peuple et en même temps soupir de la créature opprimée…

On peut avoir peur que cela soit paralysant. Aboutissant à des compromis mous. Au contraire, on peut y voir l’occasion d’avoir une analyse suffisamment profonde pour appliquer des changements qui transforment réellement la réalité, qui ne s’arrêtent pas à la surface. La radicalité, n’est-ce pas s’attaquer à la racine et réaliser qu’il s’agit de rhizomes enchevêtrés ? Dans l’approche de Paul Ricœur, la réponse à la prise en compte de deux aspects contradictoires d’une réalité n’aboutit pas à un compromis mou entre les deux. La réponse à la tension n’est pas l’entre-deux mais l’invention. Inventer une autre réponse qui dépasse la contradiction.

N’est-ce pas d’ailleurs ce que font les bons négociateurs ? Chacun arrive dans la discussion avec ses demandes. Mais chacun sait dire les intérêts qui sont derrière ses demandes et sait entendre la même chose chez l’autre. Ensemble, on invente des solutions qui sont souvent éloignées des demandes de départ mais qui répondent aux intérêts de chacun sans léser les intérêts de l’autre.

Si Macron avait été réellement porteur d’un "monde nouveau", sans doute aurait-il appliqué ce "en même temps". Il en est bien loin, qu’il s’agisse de l’humanité et de la fermeté en matière d’immigration, de la sécurité et de la flexibilité dans le monde du travail, etc. Il n’y a même pas place à de vrais négociations. Cela ne donne même pas lieu à des compromis ou des demi-mesures. La loi travail est allé plus loin que toutes les lois précédentes dans la flexibilité et celle sur l’immigration s’apprête à être une des plus dures depuis longtemps.

On devrait élever un monument aux belles expressions tuées par les dirigeants politiques. Après la présidence Macron, il faudra sans doute y inscrire, à côté de "réforme" et "sociale-démocratie" ceux de "bienveillance", "transformation" et… "en même temps" ? À moins de la sauver en lui faisant place dans les ustensiles de notre cuisine politique alternative !