Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Coup de torchon

Pourquoi pas interdire la grippe ?

Le Président de la République a annoncé une future loi contre la propagation de fake news (fausses informations) en période électorale. Le problème est si sérieux qu’Emmanuel Macron l’envisage en pointillés.

Les fake news parlons-en. Le XXe siècle en a plein ses placards. Depuis celles des autorités françaises sur les atrocités allemandes (et inversement) durant la Guerre de 14. À celles du secrétaire d’État américain Colin Powel brandissant à l’ONU une fiole d’anthrax et l’existence d’armes de destruction massive pour déclencher la guerre en Irak. Combien de fake news d’État ont-elles alimenté ou suscité des guerres ? Depuis, Trump a expliqué que Barack Obama était secrètement musulman et le fondateur de Daech…

La propagation d’infos présentées comme sérieuses et objectives, mais fausses ou tronquées, vise à déconstruire un adversaire pour mieux imposer sa théorie. Elle est aussi le symptôme de sociétés qui ne savent plus où aller. Que le Premier ministre néo-zélandais en soit réduit à se soumettre à des tests pour démontrer qu’il n’est pas un reptilien, pose problème… Des théories du complot prospèrent donc et comblent le vide. Elles profitent de la faiblesse de l’alternative à des systèmes politiques qui ont perdu toute crédibilité à force de mentir. La Commission européenne ne s’y est pas trompée : elle a créé un groupe d’experts pour « réfuter les fausses infos » à son endroit. Dire que l’Union est bureaucratique et viole la souveraineté des États serait donc une fake news ?

Une loi pour dire où est la vérité ? Qui va trier le bon grain de l’ivraie ? Interdire les fake news, c’est comme vouloir interdire la grippe. La réponse, c’est l’esprit critique et l’éducation vigilante aux médias. Pas la censure.