Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cocktails

Le cocktail du 17 novembre 2017

Nationalisme au carré. La Pologne s’enfonce dans la nuit. À l’occasion de la fête de l’indépendance, le 11 novembre, entre 60 000 et 100 000 personnes ont manifesté, à Varsovie en faveur de la "civilisation occidentale", avec des slogans en faveur de "La Pologne pure, la Pologne blanche", "Pas de Pologne islamiste, pas de Pologne laïque, mais une Pologne catholique", "Dieu, honneur et patrie" ou encore "Foutez le camp avec vos réfugiés". La manifestation était organisée par le Camp national radical (ONR) et la Jeunesse de la Grande-Pologne, deux organisations qui se réfèrent aux organisations antisémites des années 30, le fil rouge de la manifestation était le titre d’un chant catholique cité par Donald Trump lors de sa récente visite en Pologne : "Nous voulons Dieu". Si l’on ne peut pas assimiler tous les participants à des néonazis, force est de constater que l’extrême-droite n’avait pas réussi à réunir autant de monde depuis des décennies.

Avenir (ou pas). C’est un appel inédit par son ampleur : 15 000 scientifiques de 184 pays viennent de signer un appel destiné à alerter le monde entier sur la destruction des écosystèmes et de l’environnement. Sous le titre "Mise en garde des scientifiques à l’humanité : deuxième avertissement", en écho à un précédent texte de 1992 signé par 1 700 chercheurs, ils appellent « l’Humanité [à] adopter une alternative plus durable écologiquement que la pratique qui est la sienne aujourd’hui. ». Le constat est sans appel : depuis 92, « non seulement l'Humanité a échoué à accomplir des progrès suffisants pour résoudre ces défis environnementaux annoncés, mais il est très inquiétant de constater que la plupart d'entre eux se sont considérablement aggravés ». Les signataires appellent les citoyens à « exiger de leurs gouvernements qu'ils prennent des mesures immédiates » mais aussi à « réexaminer nos comportements individuels », Lire l’appel en entier, ici.

Dérive. Le dessinateur Riss vient d’accuser le directeur de Médiapart de « condamner à mort une deuxième fois "Charlie Hebdo"\\ ». En cause, la critique par Plenel d’une récente couverture de l’hebdo que Riss cite sous cette forme : « La "une" de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne plus générale (…) de guerre aux musulmans\\ ». Riss dénonce : « Charlie Hebdo n’a nulle envie de faire la guerre à quiconque. Cette phrase, nous ne la pardonnerons jamais. En la prononçant, Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo. Cette phrase n’est plus une opinion, c’est un appel au meurtre ». Problème, voici la phrase complète de Plenel : « La "une" de "Charlie Hebdo" fait partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de "Charlie Hebdo" épouse. M. Valls et d’autres, parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée à une droite voire une extrême-droite identitaire, trouvent n’importe quel prétexte, n’importe quelle calomnie, pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans, la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans ».

Surenchère. De son côté, Manuel Valls accuse carrément Plenel de « complaisance » et de « complicité intellectuelle » avec le terrorisme, d’avoir lancé « un appel au meurtre » contre lui et contre Charlie Hebdo, et prétend même faire « rendre gorge » à Plenel. Ça sent le vomis, non ?

Atypique. L’anthropologue et ethnologue Françoise Héritier est morte ce 15 novembre. Elle avait 84 ans. Directrice de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), elle avait remplacé Claude Lévi-Strauss au Collège de France. Elle était notamment passionnée par la question des relations et des différences entre les femmes et les hommes. « Les femmes sont dominées non parce qu'elles sont sexuellement des femmes, non parce qu'elles ont une anatomie différente, non parce qu'elles auraient naturellement des manières de penser et d'agir différentes de celles des hommes, non parce qu'elles seraient fragiles et incapables, mais parce qu'elles ont ce privilège de la fécondité et de la reproduction des mâles ». Pour en savoir +