Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cuisine alternative

Tout change pour que rien ne change

Inconnu du public il y a trois ans, Emmanuel Macron a réussi son pari, se faire élire Président de la République en se revendiquant ni de droite, ni de gauche… après 36 ans d'alternance PS/RPR-UMP-LR. Avec son jeune mouvement En Marche !, adoubé par les médias, il surfe sur le besoin de renouvellement politique.

Son élection rebat les cartes, et un grand chamboule-tout de la vie politique française se déroule sous nos yeux. Son gouvernement regroupe des ministres LR, PS, Modem, PRG, et bien sûr En Marche !, et de nombreuses personnalités de la "société civile" dont l'écologiste Nicolas Hulot. La volonté de ringardiser le clivage gauche-droite trouve ici son expression concrète.

Combien de temps ce gouvernement relooké va-t-il faire illusion ? Le score du premier tour, le faible degré d'adhésion au projet du nouveau Président, la forte abstention constituent autant d'indices suffisants pour penser qu'il s'agit là d'une majorité bien fragile.

En réalité, nous allons vite passer aux travaux pratiques et faire l'expérience que rien ne change.

Vous avez aimé le 49-3, vous allez adorer les ordonnances.

Au programme, une nouvelle réforme du Code du travail qui ressemble à la loi El Khomri puissance 10, qui plus est par ordonnance. Le gouvernement précédent avait reculé grâce aux luttes du printemps 2016 sur le plafonnement des indemnités prud’homales, et il revient à l'ordre du jour. Le référendum d'entreprise étendu à l'employeur permettra de contourner les organisations syndicales. Il est question aussi de supprimer les CHSCT.

Vient ensuite la réforme de l'assurance chômage avec la remise en question du financement par le système de la cotisation sociale et la main mise de l'État sur sa gestion.

La fonction publique devra fondre avec la suppression de 120 000 postes.

Une nouvelle réforme du système de retraites est prévue pour septembre 2018, avec l'introduction d'un système par point.

Face à tous ces projets de droite et de droite qui nous pendent au nez, il est assez désespérant de voir les divisions s'installer à nouveau dans notre camp et la machine à perdre les élections législatives se mettre en route. Visiblement personne n'a encore trouvé la bonne formule, et la bonne nouvelle du score de Jean-Luc Mélenchon risque fort de passer par pertes et profits. Ni cartel, ni négociations de sommet, ni imposition d'un cadre et d'un seul ne permettaient de dépasser les obstacles.

Remettons l'ouvrage sur la table, sous peine de nous retrouver à nouveau dans cinq ans face à un non choix, et un risque FN encore plus grand.