Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Les gâteaux

Faire face au présent et penser l’avenir

De la chasse aux migrants aux poursuites de citoyens solidaires, expulsions de squatt, aux massacres de Syrie, peut-on encore parler fêtes de fin d’année ? Cerises fait le pari que des livres, revues, CD et DVD donnent force, en passant aussi par le plaisir, pour faire face et penser l’avenir.

Matière à transformation

Réinventer la révolution

À l’heure où Emmanuel Macron n’hésite pas à intituler son pupitre de meeting "Révolution en marche", ce hors série de Politis interroge : « le mot a-t-il encore un sens dans la France du XXIème siècle ? Comment le regard que nous portons sur les grandes révolutions de l’histoire a évolué. Comment le mot est devenu objet de marketing, synonyme de nouveauté. Peut-on parler de révolution artistique ou scientifique ? De révolution des mœurs ? » Une vingtaine d’historiens, de philosophes, de scientifiques et de militants sont mis à contribution. De quoi se dire qu’au-delà des stratégies marketing de tel ou tel chantre du néolibéralisme, ou de l’enterrement de la révolution par certains auteurs "raisonnables", sa réinvention est bel et bien un sujet d’actualité !

Hors-Série, décembre 2016+ d’infos ici.

Prise de risques

Le philosophe, dramaturge et romancier introduit ainsi son sujet : « La toute première réception officielle de la philosophie, avec Socrate, prend la forme d’une très grave accusation : le philosophe corrompt la jeunesse. Alors, si j’adopte ce point de vue, je dirai assez simplement : je viens corrompre la jeunesse en parlant de ce que la vie peut offrir, des raisons pour lesquelles il faut absolument changer le monde et qui, pour cela même, imposent de prendre des risques ». Qu’ajouter à cela ? Soyons corrompus ! Corrompons la jeunesse, et pas seulement elle d’ailleurs !

Fayard, collection Ouvertures, 2016, 117 p. 14 €.

Pour saisir le monde moderne

C’est un recueil de douze textes de Karl Marx, choisis, expliqués et commentés par Florian Gulli et Jean Quétier. Partant du constat que l’œuvre de Marx « fut l’occasion de grandes passions, de belles actions et de méfaits terribles », les deux profs de philo proposent de « laisser de côté les formules et les simplifications », soulignant l’utilité de ces textes pour la compréhension du monde moderne. Dans sa postface, Lucien Sève souligne ce à quoi contribue ce livre : « Avec ses immenses moyens, il est une chose que la finance mondialisée est cependant incapable d’empêcher la croissante prise de conscience critique de l’impossibilité du réel qu’elle nous impose et de la réalité du possible qui s’y oppose. Faire découvrir l’étendue de ce possible en voie de maturation est la première des tâches révolutionnaires présentes ». À Noël 2016, il est temps de commencer, ou de recommencer à lire Marx dans le texte !

Les Éditions sociales, collection Les propédeutiques, 2016, 133 p. 9 €.

Mouvements de foules en lutte

Revisiter les "Soulèvements" de l’Histoire qu’en donnent les représentations depuis les gravures de Goya jusqu’aux photos, films et videos, installations et peintures contemporain. Le Jeu de Paume, à Paris, a confié à Georges Didi-Huberman, philosophe et historien d’art, la conception de cette exposition parcours. Jusqu'au 15 Janvier. À défaut d’expo ou pour en approfondir les sens, le catalogue rassemble des textes de Nicole Brenez, Judith Butler, Georges Didi-Huberman, Marie-José Mondzain, Antonio Negri, Jacques Rancière. Le site de l’exposition est ici.

Soulèvements. Coédition Jeu de Paume / Gallimard, 2016, 428 p. 49 €.

Ils et elles ont posé
les pierres d’aujourd’hui

Femmes en lutte

Aboutissement d’une recherche menée pendant près de 4 ans, Les femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985) se veut à la fois hommage aux militant.e.s des années 1960-1970-1980, outil de réflexion pour les féminismes contemporains et contribution à la recherche en histoire du féminisme et des mouvements sociaux. Basées tant sur des témoignages d’actrices et d’acteurs des luttes pour l’égalité menées à Rennes pendant 20 ans que sur des archives, privées et institutionnelles, les analyses présentées montrent l’importante participation des Rennais.es aux luttes féministes et à la conquête de droits pour les femmes en France.

Les auteures, Lydie Porée, Patricia Godard, ont créé au printemps 2012 l’association Histoire du féminisme à Rennes.

Éditions Goater, 2015, 240 p. 14 €.

Migrant(s) et de tous les combats

Au travers d’une fresque familiale, de l’Italie à la France, Le Fil rouge donne à voir le quotidien militant d’une vie. Celle d’un refus de l’oppression, de l’arbitraire, de père en fils, entre rires et chansons autour de la table familiale de la mamma, sur les chemins de l’exil et dans les maquis. Gilda GUIBERT LANDINI, est la petite-fille d’Aristide Landini, l’aiëul de la saga. Professeur d’histoire, présidente de la Commission d’Histoire du Musée de la Résistance nationale de 1997 à 2000, elle a passé dix ans de sa vie à la recherche de tous les événements vécus par ses ancêtres qu’elle transpose dans ce roman.

Éditions Delga, 2016, 560 p. 25 €.

Le continent des obscurs

Légende ...
Légende ...

Motivé par le lecture du Maitron, Edwy Plenel a voulu inviter à « partir à la recherche de celles et ceux dont le souvenir est effacé par les puissants et les dominants, qui réquisitionnent l’Histoire à leur profit. Bref, à aller à la rencontre de tous ces militant-e-s de l’égalité sans lesquels nos idéaux démocratiques et sociaux n’auraient jamais vu le jour. (…) » Cette traversée du « continent des obscurs » rejoint, sur un mode différent, l’histoire que nous offre Mireille Zancarini-Fournel, des classes populaires et des opprimés, de leurs « accommodements au quotidien » mais aussi de leurs résistances aux pouvoirs dominants, « l’histoire de leurs luttes et de leurs rêves ». Et bien au-delà de l’Hexagone.

Ouvrir « l’horizon d’une espérance : l’émancipation » (Plenel), c’est la contribution de deux auteurs qu’on peut retrouver sur France-Culture

Voyages en terre d’espoirs, Édition de l’Atelier 500 p. 25 €.

Des luttes et des rêves. Une Histoire populaire de la France, La Découverte, 2016, 500 p. 28 €.

Mémoires populaires

Les Mutins de Pangée, coopérative audiovisuelle et cinématographique de production et d’édition (Dvd, Vod) créée en 2005, revisitent les petites et grandes luttes de la planète, d’hier et d’aujourd’hui. De la réalisation de documentaires de A à Z, ils ont ensuite ouvert leur circuit et outil de diffusion à de grands noms – comme celui de René Vautier – ou à la mise en films d’ouvrages fondamentaux – comme l’Histoire populaire des États-Unis de Howard Zinn et aux acteurs des luttes d’aujourd’hui – ainsi les grévistes de PSA.

À l’unité ou par lots avec d’importante réduction, voilà une mines de trésors dynamisants. À commander en ligne.

Les poètes ont toujours raison

Il y a 80 ans, Franco et ses alliés allemands et italiens déclenchaient la guerre contre la République espagnole qui allait finalement succomber après trois ans d’une terrible guerre civile, préambule de la Seconde Guerre mondiale.

Cette période tragique, faite de moments d’espérance et de fêtes, et aussi d’héroïsme, de défaites et de sang, fut un moment exceptionnel pour les lettres et singulièrement pour la poésie espagnole, un nouvel "âge d’or". Une anthologie réunit ainsi un florilège de poèmes d’Antonio Machado, Juan Ramón Jiménez, Federico García Lorca, Miguel Hernández, Rafael Alberti, et d’écrivains solidaires comme Éluard ou Pablo Neruda. La plupart des traductions sont celles qui parurent à cette époque, notamment dans la revue Commune et dans plusieurs anthologies d’après-guerre, aujourd’hui depuis longtemps indisponibles.

Le Temps des Cerises, 2016, 236 p. 15 €.

Le monde à hauteur d’enfants

Parcours initiatique

Voici un énorme succès d’édition : plus d’un million d’exemplaires diffusés, en 17 langues ! C’est l’autobiographie d’un petit garçon blond et de sa famille, dans la Syrie d’Hafez Al-Assad. Riad est né d’un Syrien et d’une Bretonne. Le milieu est modeste, son père est passionné par le dictateur, symbole de modernité. Riad doit aller à l’école, son père projetant sur lui sa volonté d’être un Arabe du futur. Le premier tome couvrait la période 1978 - 1984, le suivant 1985 - 1985. Dans ce troisième ouvrage, qui peut se lire indépendamment des autres, nous sommes entre 1985 et 1987, toujours donc avant la guerre en Syrie. Riad est pris entre les espoirs de son père, les aspirations de sa mère, qui rêve de richesse et… de rentrer en France, et le poids des traditions familiales. La saga, à la fois pédagogique, drôle et parfois bouleversante (surtout quand on se réfère aux années présentes), continuera dès 2017, et devrait se termine en 2018. À ne pas louper !

Riad Sattouf, L’Arabe du futur 3, Allary Editions, 2016, 160 p. 20,90 €.

Chamboulements

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un grand-père communiste, un vrai ! Parce qu’il y en des faux, comme les Nike ou les poupées Barbie. C’est dur d’apprendre que les petites filles ne peuvent pas devenir cosmonautes comme Youri Gagarine. C’est encore plus dur d’apprendre que le Père Gel est remplacé par le Père Noël, que le mur de Berlin est tombé et avec lui tout le communisme. Très dur de découvrir que « c’est la transition démocratique, tout est cher et tout le monde est pauvre ». Un roman qui a le charme de l’enfance, les yeux grands ouverts sur les bouleversements du monde.

L’auteure, Elitza Gueorguieva, née en 1982 à Sofia, vit depuis quinze ans en France. Les Cosmonautes ne font que passer est son premier roman.

Gallimard, collection Verticales, 2016, 184 p. 16,50 €.

Voyage musical

En concert autour du monde

Voici une superbe compilation du trompettiste Ibrahim Maalouf, après 10 ans de concerts. Un DVD et un CD, histoire de pouvoir écouter seulement lorsqu’on ne dispose pas d’un écran à portée des yeux. Depuis 2006, Maalouf a fait 7 tournées et plus de 1000 concerts partout dans le monde. Dans cet album, on le voit à l’œuvre successivement au Zénith de Nantes (beaucoup), à l’Olympia, au Babylon d’Istanbul, à Marciac, etc., tantôt avec ses musiciens proches, tantôt avec des ensembles importants, tantôt seul. On peut s’amuser à prendre les morceaux dans l’ordre chronologique des concerts, si l’on veut essayer de se faire une idée du parcours hors norme du musicien inclassable, tour à tour jazz, classique, variété, saoul, rock…

10 ans de Live !, CD best of, 2016, 17, 99 €.

Entre Isère et l’Égypte

Pour découvrir un jeune virtuose égyptien : Mohamed Abozekry. "Sultan el Oud" est le surnom qui lui est donné (comme autrefois au génial Mohamed Effendi Al Qasabgi) par ses amis du restaurant-cabaret égyptien Le Karkadé à Grenoble où il aime se poser entre deux tournées. Il y retrouve Mahmoud Bayoumy, cet homme « qui (lui) a permis de découvrir (sa) culture natale et sa beauté ». Un lieu et un homme à qui il rend hommage en donnant pour titre "Karkadé" à son troisième CD. Les compositions et le sens des harmonies de Mohamed Abozekry témoignent de sa désormais inscription parmi les grands de notre époque. Sa musique explore les secrets de la beauté et de la jouissance pour défendre la vie et l'universalité de l'homme ; comme en écho avec la place Tahrir au Caire en 2011. Par un rythme accéléré, des variations dans un même morceau, parfois dans une même phrase musicale, il partage avec nous les œuvres de ces grands maîtres tels Mohamed Abdel Wahab, Ryad El Soumbaty et Cheikh Zakaria Ahmed.

Karkadé, CD, Harmonia Mundi jazz village, 2016, 16,99 €.

Un monde à changer

Le combat des Sahraouis

Octobre 2010, des milliers de Sahraouis de Layoun (capitale du Sahara occidental occupé), mécontents des conditions de vie (sociales et économiques), se rassemblent dans un campement de tentes à 12 km de la capitale.

Le dialogue s'instaure entre l'occupant et un comité d'une vingtaine de Sahraouis (essentiellement des militants des droits humains). Le 24, une voiture est mitraillée par l'armée marocaine, à son bord, parmi les 6 personnes, un adolescent sahraoui, El Garny Nayem, est tué. Néanmoins le dialogue se poursuit ; les négociateurs rencontrent Taïeb Cherkaoui, ministre marocain de l'Intérieur, avec qui un accord est conclu le 4 novembre. Mais brusquement, sans raison, le 8, le démantèlement du camp est ordonné : canon à eau, hélicoptère larguant des gaz lacrymogènes, matraques, ... femmes et enfants pleurent, échanges violents entre les forces marocaines et les Sahraouis. Des Marocains seraient tués, des membres de la délégation sahraouie sont arrêtés, accusés de crimes. Ils attendront 2013 pour qu'un tribunal... militaire les condamnent à des peines de prison allant de la perpétuité à 20 ans ! Les prétendus aveux ont été extorqués sous la torture.

Parmi les prisonniers, Nâama ASFARI, juriste, marié à la Française Claude Mangin qui lui rend visite dans sa prison tous les 2 mois. Ce film est l'histoire de Nâama.

Dis leur que j'existeDVD, 2013-2016, e-graine d’images

Contact : disleurquejexiste.lefilm@gmail.com

Comptés pour rien

C’est une phrase. Non c’est un cri, un souffle, une longue plainte, une révolte qui gronde, qui se gonfle au fil des mots. Des mots précis, justes, secs, qui vous envoient le monde comme il est en plein visage, en plein cœur. Un personnage est là, il n’est jamais nommé, et pourtant il agence le monde, il est désigné par le terme “ça”. Le “ça”, pas celui des instances psychanalytiques ; mais le “ça” qui régit le monde, et crée le monde tel qu’il est, bordé de malheurs. Un long cri pour nos frères migrants. Pour ces “comptés pour rien”, comme Badiou les nomme, ces hommes et ces femmes laissés comme des déchets sur le bord de la route que trace le capital, aveugle et inhumain.

La posface de Bernard Noël, "Lettre à F.", est à la hauteur des écrits de Florence Pazzottu. Nous les remercions de cette saine insoumission à l’ordre existant.

Un cadeau de Noel qui défrisera, une mine explosive à offrir sous le sapin.

Éditions Al Dante, 2016, 40 p. 9 €.

Le temps des premières découvertes

Collection

Toutes ces petites choses qu’on ramasse, qu’on sème un peu partout au grand dam des parents. Offrir une jolie petite valise à secrets ? Ou alors, un petit Carnet à secrets. C’est ce que propose les dessins de Susie Morgenstern et le texte d’Olivier Latyk qui suggèrent à l’enfant de laisser ainsi la trace d’un petit évènement, plaisir ou chagrin. On pourra s’emparer de l’idée, l’adapter et joindre au livre un joli carnet. Dessins simples comme le texte. Dès 3-4 ans.

Album Nathan, 2016, 28 p., 10 €.

Clins d’oeil

Une population de E mènent une vie paisible. Un beau jour un étrange É débarque. Passés la première stupeur, le premier rejet, ils apprennent à s’apprivoiser, à jouer, en joyeuses cabrioles de dessins par Roxanne B et dans un texte de Grégoire Aubin, simple, sans aucun didactisme pesant. Et ils ne sont pas au bout de leur découverte, après les lettres et les mots, qui surgit ? … Ludique et solidaire. Dès 4-5 ans.

Étrange É, Éditions Amaterra, 2016, 36 p. 14,90 €

À petites touches

Deux DVD à (re)découvrir. Trois fabulettes des studios d’art et d’animation de Shangaï : un écureuil coiffeur peu conformiste (11’), une maman hérisson déconcertée (11’), une boutique de Panda et des clients plutôt hétéroclites (17’). Dès 2 ans et pour longtemps. Ré-édition du Château de sable (13’17) primé en son temps, joint au Théâtre de Marianne (15’45) et à Tchou-Tchou (13’17) : constructions par Co Hoedemann (Québec), fragiles, éphémères, risquées, en images et sons. Dès 3-4 ans.

La Boutique des pandas, Les films du préau/arteboutique, 2009, 17 €

Le Château de sable, Cinema public films, 2015, 20 €

* Suggestions de Gilles Alfonsi, Nanie Bellan, Jacqueline Derens, Michèle Kiintz, Patricia Latour, Yves Laverne, Philippe Leclerc, Luc Quinton.