Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Cuisine alternative

Jean-Luc, Maurice, Michel (et tant d'autres), bienvenue en théologie !

En plein psychodrame sur le burkini, Jean-Luc Mélenchon est interviewé sur France 2 : « Je dis à tous les chefs religieux  : il n'y a pas de consigne, ni de Mahomet, ni de Jésus, ni de Moïse contre les tenues de bain (…) Je ne suis pas du tout persuadé que Dieu soit préoccupé des poils et des cheveux... » Deux jours plus tard, dans son éditorial de L'Huma du 26 août, Maurice Ulrich écrit : « Nous pensons à ce poète arabe qui, il y a déjà plus de douze siècles, invitait Dieu à proscrire le voile », écrivait-il, « lequel sera à jamais le fléau de la jeunesse » . Dimanche, dernier, sur la grande scène de la fête du journal communiste, Michel Polnareff entame, bientôt suivi par des dizaines de milliers de voix : « On ira tous au paradis, qu'on soit béni qu'on soit maudit, on ira... ».

Bienvenue à chacune et chacun dans le débat théologique et en particulier à vous, Jean-Luc, Maurice, Michel et vous, choristes de dimanche. Le Larousse définie la théologie comme les études « concernant la divinité et plus généralement la religion (...) les choses divines à la lumière de la Révélation, (la) doctrine religieuse d'un auteur ou d'une école ». Bienvenue à vous, Jean-Luc et Maurice, qui vous interrogez sur la volonté de Dieu. À toi Jean-Luc qui pousse cela jusqu'à l'interprétation de la doctrine religieuse des fondateurs de trois monothéismes. À toi Michel et ton public qui prenez publiquement position en faveur de la doctrine du salut universel ! La théologie, ce n'est pas autre chose ce que vous avez fait là !

Vous n'êtes peut-être pas croyant, vous n'avez pas fait d'études de théologie. Par la Grâce de la Réforme protestante et de la révolution laïque de 1905, je dis : qu'importe ! La Réforme appelle chacun à lire directement le texte biblique et revendique que tombent les anciens ordres : tout prêtre est un laïc (il peut se marier, boire, vivre, quoi...) tout laïc est un prêtre, chacun a le droit de discuter des Écritures, de Dieu, des fins dernières, etc. Par la révolution de 1905, il n'y a plus de sacré imposé à l'État, ni par l'État à la société, ni par une religion à la société par l'entremise de l'État. Comme le rappelle Edwy Plenel1, aux tenants de l'interdiction du « costume ecclésiastique » dans la rue, Aristide Briand répondait en 1905 qu'« en régime de séparation la question du costume ecclésiastique ne pouvait se poser. Ce costume n’existe plus pour nous avec son caractère officiel (…). La soutane devient, dès le lendemain de la séparation, un vêtement comme les autres, accessible à tous les citoyens, prêtres ou non. ». Exactement pour les mêmes raisons, en régime de séparation, croyants ou non, prêtre, pasteur ou non, tous et toutes, vous avez le droit de faire de la théologie, hors de toute imprimatur papale, mereau2 protestant ou certification halal ou casher.

Alors, Jean-Luc, Maurice, Michel et les autres, théologisez puisque vous avez l'air d'en mourir d'envie. D'autant qu'il y a besoin de vous. Comme nous l'avons défendu dans un texte avec Oliver Abel, « ce dont nous souffrons n’est pas d’un trop de théologie, ce trop que nous traquons chez les autres : c’est d’un pas assez de théologie pour penser l'ensemble des conceptions du monde. »3. Besoin pour contrecarrer les conceptions théologiques conservatrices qui, tels les vampires confrontés à la lumière, reculent dans le débat contradictoire. Besoin parce que de toutes façons, la théologie est déjà partout, "en douce" : derrière nos conceptions du sujet et du politique, de l’économie et de l’image, du temps et du monde, se cachent des "théologèmes" - des images de Dieu, de l'humain, de l'espérance, du salut... - qu'à ne pas critiquer ni discuter, nous recevons en boomerang.

Vous souhaitant la bienvenue en théologie, je suis sûr que vous souhaiterez la bienvenue en politique aux théologiens, aux croyants et à leurs organisations de votre camp. Bien sûr, pas pour exercer le pouvoir au nom d'une religion ou en donnant une religion à l'État. Mais pour participer au libre débat de la société, citoyens parmi d'autres, membres de la société civile parmi d'autres. Alors, tous et toutes théologienNEs et tous et toutes citoyenNEs ?

1. blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/blog/140816/un-vetement-comme-les-autres

2. pendant la période d'interdiction du protestantisme en France, le mereau était le jeton qu'on donner pour accéder à la cène qui vérifiait l'adhésion à la religion réformée : www.museeprotestant.org/notice/mereaux/

3. www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/14/plaidoyer-pour-un-peu-plus-de-theologie_4506024_3232.html#dkfVfjls4yDKmH00.99