Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Délicieux

Poésie d'utilité publique

Sur la directive européenne en matière de nuages

Et les nuages… Qu’allons-nous faire des nuages ?
ils passent les frontières
sans papiers, sans autorisation
Violant notre espace aérien, ils se promènent dans notre ciel
comme si de rien n’était.
Ils se croient chez eux tout autour de la Terre
mais ils viennent de l’étranger
(d’ailleurs, les perturbations viennent toujours d’ailleurs)
et ils nous apportent la pluie.
(Un peu, me direz-vous, ce n’est pas mal
pour les jardins, les cultures, l’économie…
mais trop c’est trop…
En matière de nuages, aussi,
il faudrait imposer une politique d’immigration choisie.)
Tous ces nuages… Qu’allons-nous faire de ces nuages ?
Mettre en place un check-point, pour les filtrer ?
Les arrêter à la frontière ?
Les interner en camp de rétention ?
Les renvoyer chez eux ?
La plupart de ces nuages, apparemment, viendraient de la mer,
la mer qui s’évapore
car ça chauffe en divers coins de la Terre…
Mais si ça chauffe
ce n’est pas notre affaire !

– Justement, parlons un peu du soleil,
le fameux soleil d’or…
– Je vous vois venir, vous objectez :
« lui non plus, il n’est pas d’ici.
Lui aussi, à sa façon, c’est un étranger…
Mais vous le laissez passer,
vous le bénissez, vous l’adorez… »
Normal !…
En interne, comme à l’international,
notre loi,
c’est bien sûr :
deux poids,

deux mesures.

La Seine fait des siennes

Ce matin,
la Seine est sortie de son lit
Elle a inondé les berges
La voie rapide est submergée
Seul dépasse de l’eau

verte et boueuse
un panneau d’interdiction de s’arrêter
et sur le pont
le pont sous lequel les bateaux mouches
ne peuvent plus passer
les touristes s’arrêtent
pour le photographier…

Moi aussi, ce matin
je suis sorti de mon lit,
et personne n’y a fait allusion
ni à la radio ni à la télévision…

Bah…

Ne soyons pas jaloux 
;sans doute est-ce normal.
Quand un fleuve sort de son lit

l’événement n’est pas banal.
Mais quand tous les matins
nous faisons de même
pour nous rendre
(et parfois même nous livrer,
pieds et poings liés)
au bureau ou à l’atelier,
ça ne mérite pas
une ligne dans le journal.

Pour que l’ordre soit respecté
chacun doit rester où il est :
les fleuves dans leur lit
tranquilles, à se la couler douce,
jusqu’à la mer…
Et les prolos,
les intellos
(qui parfois sont les mêmes)
au boulot !
ou à l’Agence pour l’Emploi).

Il est vrai qu’un fleuve
quand il sort de son lit
peut faire pas mal de dégâts…
Alors qu’un travailleur
qui fait ses huit heures
(quelques fois moins
quelques fois plus)
sans se faire remarquer
au noir ou déclaré –
se contente d’être utile
comme un bon outil
sage et discipliné
qui fait tourner la machinerie

de la société.

Il fait son devoir
comme le chômeur
qui se lève aussi
pour lire les petites annonces,
et qui chaque soir
se dit, désespéré :
« Faut pas que je renonce… »

L’événement,
le fait surprenant,
l’inattendu, le désarmant,
ce serait au contraire :
qu’ouvriers et ouvrières
employées et employés
étudiants et professeurs,
éboueurs et savants,
ingénieurs et infirmières
chauffeurs de bus ou du métro
programmeurs, chimistes et cheminots,
arpètes, chauffagistes
stylistes et poètes
esclaves et chômeurs,
un beau matin
décident en chœur
tous ensemble
de rester dans leur lit…

Voilà qui ferait du joli !

Site Poésie d'utilité publique, 14/06/2016