Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Monde

Mobilisation de la société pour défendre la vie et les libertés

Avec les victimes du 13 novembre et leurs proches, nous sommes dans une communauté de tristesse qui n'est pas seulement émotion et compassion. Elle est volonté de résister par la vie, comme chacun s’y emploie individuellement et comme nous nous y employons ensemble.

Cette pulsion de vie est aussi volonté de comprendre afin de démentir l’idée morbide que nous serions entrés dans des années de sang. Que peut-on faire pour changer le cours de cette histoire de haine et de larmes ? Qu’est-ce qui nourrit le fanatisme "religieux", ici en France et là-bas, en Syrie et dans bien d’autres pays ?

On ne saurait relativiser la nécessité de mesures de police fortes, qui sont légitimes tant qu'elles respectent l’État de droit. Cependant, la focalisation sur la seule dimension sécuritaire serait une impasse, et interdire des manifestations citoyennes comme celles sur le climat, c’est entraver la démocratie et nuire aux "valeurs républicaines". Ainsi, il est juste de douter à la fois de la légitimité et de l’utilité de la prolongation pendant trois mois de l’État d’urgence.

Plus largement, il est déjà tard, mais il est toujours temps, pour s’interroger sur l’état de notre société, sur la politique internationale de la France et sur les relations internationales.

Première vérité cruelle : la France est dans les meilleurs termes commerciaux avec des États proches idéologiquement de Daesh et qui ont des rapports pour le moins ambigus avec le terrorisme. La France n’a-t-elle pas signé, ces dernières semaines encore, des contrats d’affaires mirobolants avec l’Arabie saoudite et le Qatar ? Quant à la Russie et l’Iran, ils soutiennent le pouvoir criminel d’Assad. Ainsi, le peuple syrien et sa révolution déjà oubliée sont écrasés par les intérêts géopolitiques des grandes puissances.

Seconde vérité : la non résolution de conflits historiques, tout particulièrement celui entre Israéliens et Palestiniens, crée un sentiment planétaire d’injustice, qui ne justifie rien, mais explique des haines mortelles. La communauté internationale va-t-elle enfin s’atteler à la victoire de la solution de paix ?

Enfin, troisième vérité : la France inégalitaire et discriminante sacrifie les quartiers populaires et les jeunes. Les idéologues radicaux n’ont qu’à récupérer certains d’entre eux pour les transformer en chair à explosion. Va-t-on enfin s’atteler à cette question de l’égalité ?

Ce ne sont pas les bruits de bottes qui permettront de trouver des solutions, mais la politique. Une politique débarrassée du cynisme qui conduit la société mondiale droit dans le mur.