Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Hommage

La fureur de vivre de Martine Durlach s’est tue

Martine Durlach s’est éteinte le 20 février après des années de lutte courageuse contre la maladie. Elle avait été dirigeante nationale du Parti communiste français, secrétaire de sa fédération de Paris de 1994 à 2003, conseillère de Paris (1995 - 2011), maire-adjointe chargée de la politique de la Ville (2008 - 2011). De nombreuses voix se sont exprimées pour lui rendre hommage. Pierre Laurent a salué « ses qualités d’écoute et de rassemblement, sa finesse d’analyse politique, son humour et ses grandes qualités humaines  ». Bertrand Delanöe a souligné ses qualités de « femme d’engagement et de culture » qui « a marqué la gauche parisienne de son empreinte ». Martine Durlach, près de laquelle nous siégions alors au Conseil national du PCF - et ce n’était pas qu’un symbole - était une femme que nous aimions, avec qui dialoguer et militer était un plaisir. Martine conseillait avec respect. Elle écoutait avec attention et prenait en compte. Avec elle, chacun comptait pour un. Nous garderons dans nos cœurs son implication active dans l’animation du collectif de lutte contre le sida du PCF(1), et son sourire, et son rire… « Rien n’est précaire comme vivre », écrivait Aragon. Nous sommes profondément tristes que la fureur de vivre de Martine se soit tue.

1. www.humanite.fr/node/384126