Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Tribunes libres

Ouf, le richard s’en est tiré !

« Buveurs très illustres et vous, vérolés très précieux » (1) , on a vécu un enfer. On aurait pu titrer : "Le richard est viré", pis, "Le richard s’en est allé". Passé à deux doigts de la grosse catastrophe. Angoisse. Lovecraft et Stephen King battus… C’est que l’événement prenait des proportions cosmiques. Flashes spéciaux sur BFM, suivis de près par ceux de LCI, spots à répétition sur les chaînes généralistes, radios inquiètes, articles de presse au sanglot étouffé… Jusqu’au coeur de la nuit, les équipes spéciales d’investigation traquaient le sujet.

Mais richard, comme nanar, c’est quelqu’un. Mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", d’aucun le voyait en délicate situation. Comme un voleur de bicyclette, un tire-laine, un monte-en-l’air ? Oui-da, c’est que le commun des mortels n’associe pas un "escroc en bande organisée" et un "PDG par la droite puis la gauche adoubé". Ca rime pas. Patatras, comme de juste, le richard l’est Pédégé d’un truc qu’on n’appelle plus France Télécom (ça fait nationalisations…), mais Orange. Comme Guillaume !

Alors micros, objectifs et caméras se ruent sur… l’effroi, le vide : plus de richard. Que deviendrait la boite ? Un naufrage annoncé. Tellement de suicides, qu’il a évités, le richard, depuis qu’il pédégise. Un bonheur. La preuve, caméra au poing, les équipes de télé saisissent sur le vif des salariés éplorés qui hurlent leur douleur : rendez-le nous ! On s’en fout, ce qu’il a fait avant, pour nous, richard, c’est comme Monsieur Madeleine à Montreuil-sur-Mer. Une procession s’était formée, conduite par un humanoïde associé à l’évêché.

Et puis la sanction est tombée. Sans appel. Certes, naguère homme de main de Christine Lagarde, valet de pied de Sarkozy, Stéphane Richard a contribué à rétrocéder plus de 400 millions de fonds publics à Bernard Tapie, par un "arbitrage" privé légèrement suspect. Mais le président, le pouce levé, a crié « Grâce ». Le boss d’Orange vivra.

Ce même mardi, 3 000 emplois en moins, Gad abattoirs, Virgin, Michelin. Silence, épuisé par le sauvetage du richard, le président faisait relâche. Rideau.

(1) Ainsi commençaient les œuvres du curé de Meudon, François Rabelais