Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Organisations / Monde / Le goût d'ailleurs

Bienenstich - Un radis : rouge à l'extérieur, blanc dedans

Le 23 mai 1863 était constituée l'Association générale allemande des travailleurs, qui deviendra Parti socialiste ouvrier, puis Parti social-démocrate (SPD). Qu'est-il advenu de ce SPD qu'une exposition a célébré à l'automne 2012 au Bundestag sous le titre "Pour la liberté, la justice et la solidarité" ?

Pour beaucoup de socialistes : luttes revendicatives de la fin du XIXe siècle, soulèvements de 1918-19, manifestations de masse de la République de Weimar, actions clandestines sous le IIIe Reich. Pour nombre de dirigeants : séduction du prussianisme de Bismarck, vote des crédits de guerre en 1914, écrasement des barricades par un Noske socialiste et assassinat de Liebknecht et Luxemburg, politique du "moindre mal" qui favorisera l'avènement du nazisme. L'écrivain Kurt Tucholski qualifiait la social-démocratie de « radis : rouge à l'extérieur, blanc dedans ».

1959, le programme de Bad Godesbergen souscrivant à l'économie libérale de marché et à la propriété privée des moyens de production, à l'OTAN marque la rupture définitive du parti avec ses origines. Si Willy Brandt amorce une ouverture à l'Est, il entame aussi les "interdits professionnels" contre les militants de gauche, ouvrant une période de lois d'exception que Helmut Schmidt accentue, parallèlement à l'ancrage dans l'OTAN.

Les "lois Hartz" et l"agenda 2010" de Schröder sont le dernier point d'orgue de cette évolution. Certains sociaux-démocrates, devant ces abandons successifs, participent à la fondation en 2007 de Die Linke.

En campagne électorale pour le parlement, le SPD gauchit les tonalités de son discours, avec pour titre de son programme "LE Nous DÉCIDE", les têtes de chapitres montrant qu'il s'agit au plus d'édulcorer les réalités. « Gouverner l'Allemagne mieux et plus justement, pour un nouvel équilibre social dans notre pays » - comme si l'actualité à la Merkel était dans le "bien" et le "juste" - et l'éternelle « égalité des chances » de la méritocratie, entre autres. C'est ce qui amenait récemment Oskar Lafontaine à inclure le SPD dans un « parti unique » allant jusqu'à la droite.