Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Hommage

Poursuivre le sens donné à notre vie

Lundi, nous apprenions la mort de Christian Martin. Le cœur a subitement lâché et il est parti sans douleur.

Pour nous la secousse est violente. Certains d’entre nous le connaissaient depuis plus de trente ans. D’abord à la Jeunesse communiste dont il avait été secrétaire en Charente maritime, puis au sein du PCF et de son Conseil national. Et c’est ensemble qu'il y a six ans, nous avons constitué l’Association des communistes unitaires.

Christian était de ceux que les déboires du XXe siècle n’ont jamais fait renoncer, de ceux qui pensent que le communisme reste à inventer, que ce n’est pas l'individu qui doit se plier au monde tel qu’il est, mais que c’est le monde qu’il faut plier au désir de chacun. C'est ce qui a nourri nos discussions sans discontinuer. Au téléphone, dans les manifs, à la Fête de L'Humanité, en réunion, nous avons échangé sur nos réactions, nous avons confronté nos pensées pour les approfondir, et constaté que nous étions quasiment tout le temps sur la même longueur d’ondes. C’est ensemble que nous avons travaillé à ce que doivent être une visée, un idéal, une démarche partagée. Nous avons acquis la conviction que l'organisation collective ne doit être qu’un outil et non sa propre finalité. Nous sommes nombreux à avoir partagé avec lui les souvenirs parfois douloureux, parfois cocasses que réserve le fait d’être en marge, contestataires. À chaque fois, nous nous retrouvions, parfois maugréant, parfois pouffant de rire. Loin de la simplification abusive, il rendait sa pensée comme logique, quasiment évidente, qu’il présentait les yeux grands ouverts, avec l’air le plus innocent du monde.

Et puis Christian, c’était des mises en boîte mutuelles: il revendiquait fièrement sa superbe ignorance d’Internet et du téléphone portable.

Nous sommes tristes : c’est si soudain, comme si la foudre tombait d’un beau ciel bleu. Nous laisser tomber comme ça ! Notre pensée va à sa femme, Françoise, sa fille Elisa et à ses camarades de la Sarthe. Nous, nous poursuivons le sens que nous avons donné ensemble à notre vie. Salut Christian !