Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Mouvements

Face à la droite dure : une gauche de combat

La droite réussit mieux dans la rue contre le mariage pour tous que dans les urnes de l’élection du président de l’UMP ! Au-delà de cet euphémisme, l’actualité se montre redoutable, aussi, pour “la gauche”.

Qu’y a-t-il, en effet, face aux catholiques radicaux, ces reliquats d’une société qui n’existe plus ? La débandade présidentielle sur la « liberté de conscience » des maires qui auraient pu refuser de célébrer des mariages entre deux hommes ou entre deux femmes – que ceux-là démissionnent ! Et un gouvernement finalement aussi frileux sur les questions "de société", tel le droit de vote des étrangers, qu’il est acquis aux solutions libérales en économie.

Quoi d’autre face à la droite dure ? Des forces sociales et politiques qui ne parviennent pas vraiment à sortir de leurs seuls credos historiques. Des associations souvent focalisées sur leurs luttes spécifiques – on le comprend, mais on redoute parfois le repli sur la protestation stérile ou, en période de majorité socialiste, leur institutionnalisation.

Reste que la société change. Par exemple, le modèle de la famille nucléaire – un homme et une femme, mariés, deux enfants – est désormais minoritaire. Et la filiation se joue de plus en plus comme un héritage culturel plutôt que comme un lien de sang. On voudrait pronostiquer que les réacs et les conservateurs ont vocation à être balayés par la vie. Mais quand, et à quel prix ?

Quel que soit l'issue de l'affrontement pour diriger la droite, sa radicalisation est d’ores et déjà confirmée. Face à la guerre qu’avec le MEDEF elle a déclarée à la société, la gauche de transformation, incarnée par le Front de gauche(1), doit de toute urgence refonder ses fondamentaux en autant de partis-pris percutants. Il faudrait éviter le piège consistant à faire de la recherche de crédibilité l’alpha ou l’oméga d’une politique d’émancipation.

(1) Le Front de gauche devrait bientôt compter une neuvième composante, suite à la décision des Alternatifs de le rejoindre. Espérons que cette bonne nouvelle sera bientôt suivie d’avancées pour l’ouvrir à la participation des citoyens.