Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Mouvements

Mobilisation pour une alternative à l’austérité, acte II

Elle fait son chemin, l’idée que seule la mobilisation peut ouvrir des alternatives ! Pour preuve, la belle mobilisation-éclair contre l’adoption sans débat public du Pacte budgétaire, après des élections qui ont porté une majorité de gauche au pouvoir.

Hollande et Ayrault justifient leur budget d’austérité par une priorité à l’éducation, sous les contraintes de la dette et de la modération des dépenses publiques. La réalité, c’est que les pensions des retraité-e-s déduites, le budget réel pour l’éducation "augmente" de 0,6 %... moins que l’inflation : il n’y a là aucune priorité. Mais c’est qu’aucune politique de gauche n’est possible dans le cadre des contraintes acceptées par le gouvernement.

Il faut exiger un moratoire sur le remboursement de la dette et de ses intérêts, le premier budget de l’État : ne payons rien tant que n’aura pas été rendu public qui en profite et dans quelles conditions cette dette s’est constituée ! Répartir autrement les richesses n’est aujourd’hui pas séparable d’une remise en cause des pouvoirs, des structures de la propriété et des modes de production. Une autre politique suppose donc d’assumer un affrontement avec les détenteurs de capitaux.

Laisser adopter ce budget sans construire une vaste campagne d’explication et de mobilisation serait renforcer l’idée qu’il n’y a pas d’alternative, et avec elle la résignation. Le Front de gauche ne doit pas se laisser enfermer dans le débat parlementaire : il doit être moteur dans la construction d’une grande mobilisation unitaire et populaire, sans quoi il ne peut représenter l’alternative qu’il prétend porter.

Le 14 novembre, des appels sont lancés pour une grève générale simultanée en Grèce, au Portugal et en Espagne, et la Confédération européenne des syndicats (CES) appelle à des actions dans tous les pays contre l'austérité. Il faut s’en saisir pour manifester massivement notre solidarité avec les peuples d’Europe, et développer ici l’acte II de la mobilisation pour une alternative à l’austérité.