Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Mouvements / Organisations / Cuisine alternative

Encarté, invisible, malade...

Le combat pour des adhésions directes au Front de Gauche me fait penser à celui pour le mariage homosexuel. Le mariage ne porte pas en lui-même une force révolutionnaire, mais s'il faut en passer par là pour construire de l'égalité, eh bien en avant !

Pour les adhésions, c'est un peu la même chose. Je me demande même si l'adhésion ne porte pas en elle-même la construction des réflexes partisans. J'ai rendu ma "carte" justement par fatigue du "eux" et du "nous". Au moment de la "désunion" en 2006, un dirigeant du PCF tentait de me convaincre que les collectifs citoyens étaient des nids d'anti-communistes. J'essayais de lui prouver le contraire, il me répondait : « S'ils ne sont pas anti-communistes, eh bien qu'ils adhèrent ! ». Et comme je n'ai plus de carte, pour eux, je ne suis plus communiste...

Nous devrions revenir à l'essentiel : pourquoi et comment changer la société ? Si nous œuvrons pour des libérations en chaîne, des ères d'émancipations, un monde partagé (de l'entreprise à l'ONU...), il faut nous organiser. Il faut une organisation (ou plusieurs). Cette (ces) organisation(s) mérite(nt) notre investissement en temps et en argent. La question pour moi est plutôt : comment faire vivre les outils dont nous avons besoin ? Il ne faut pas confondre organisation de la souveraineté et financement de l'action. Les assemblées citoyennes sont les espaces locaux de démocratie. Elles doivent inventer leur fonctionnement et bien souvent le consensus prime sur le vote. Qui peut se battre pour un droit de vote payant dans le Front de gauche ? C'est plutôt le droit du sol qui doit primer : celui qui est là participe ! Par ailleurs, nous devons trouver les moyens de financer au local comme au national notre "révolution"... mais c'est une autre question.

J'ai le sentiment que l'appartenance au Front de gauche doit rester un positionnement vaste et pluriel. Ce mouvement tire sa force de sa pluralité articulée à une orientation cohérente. C'est de cette dialectique éternellement renouvelée que viendra un élargissement profond et populaire de notre action. Des appartenances/adhésions, plus culturelles et intellectuelles, existeront et existent déjà.

Pour l'heure, une multitude de militants restent absents des écrans radars du Front de gauche. Ils militent ailleurs, ne se soucient pas du rythme électoral, ni du calendrier syndical. Ils sont déjà en chemin et trouvent des solutions pour un bien-vivre ici et maintenant. Leurs actions collectives sont ponctuelles et souvent parcellaires. Ils dépensent leur énergie à construire leurs vies humblement et à tisser des liens vrais et durables. Ils adhèrent sans hésiter à une certaine vision du monde, émancipée de l'urgence capitaliste. Ils sont nombreux à avoir voté Mélanchon mais ne demandent pas à adhérer au Front de gauche. Construire avec eux la suite ? Voilà une tâche urgente !

J'ai dû attraper une maladie. Je n'arrive pas, simplement, à voir les choses telles qu'elles sont, mais je les regarde sans cesse telles qu'elles pourraient être. Vous me direz : « Mais enfin, Laurent, ne joue pas au faux humble, c'est une qualité que tu décris, pas une maladie ! » Mon entourage proche ne vous soutiendra pas dans cette voie. Ne cherchez pas, je fatigue et je me fatigue. Un exemple ? Ce midi, je tombe sur une communication du CE (gardons l'anonymat...) de ma mère. Eh bien, je n'ai pu éviter un énervement rapide en lisant les propositions culturelles. Comment des syndicalistes peuvent-ils proposer aux salariés la totalité des productions "Vu à la télé" qui passent dans notre département ? Comment ma mère peut tenter de me calmer : « Mais c'est ce que demande les gens ! » ? Comment peuvent-ils renforcer le front de la bêtise et de la culture du profit ?

Alors une ou deux questions : Suis-je seul ? Existe t-il des remèdes ? Je cherche des espaces de vacances de moi-même. Je devrais peut-être adhérer au Front de gauche ?