Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Mouvements

Face à l'austérité : la radicalité

Il est vain de s'interroger sur le choix :  entre être dans l'opposition ou faire pression  sur le gouvernement pour qu'il "respecte" ses promesses. Et d'abord quelles promesses ?

Celle de renégocier le traité ? Celle de mettre fin à la casse du service public?

On sait ce qu'il en est, le traité est exactement le même, à la virgule près, que celui rédigé par Sarkosy et Merkel. Ce traité va servir de caution à une politique d'austérité  conduisant  droit à l'échec.

Quand ils étaient dans l'opposition, les socialistes disaient pis que pendre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP). Dans sa lettre de mission, le Premier Ministre affirmait que la période de la RGPP était close ! Le 28 septembre, après audits, la RGPP, certes « mal engagée sur la forme », mais « nécessaire sur le fond », revient par la fenêtre sous un autre nom. Hélas ! le nom ne fait rien à l'affaire, les conséquences sont les mêmes : désengagement de l'État, abandon de missions, fusions, restructurations, suppressions d'emplois, souffrance des agents... en clair, la casse des services publics continue, laissant à l'abandon des parties entières du territoire - et après l'on s'étonnera que tant de citoyens votent pour le Front National !

Nous savions que ces promesses étaient impossibles à tenir car elles nécessitaient des éléments de rupture claire avec le système capitaliste. Sans ces ruptures indispensables, le gouvernement  est obligé de poursuivre dans la même voie qu'avant, en voulant en plus être "meilleur élève".

Dans plusieurs pays européens, des milliers de citoyens  se lèvent contre ces politiques d'austérité, présentées comme inéluctables. La manifestation à Paris le 30 septembre est une amorce. Non, la politique d'austérité n'est pas la seule possible, oui, on peut faire autrement à condition que les citoyens reprennent la main, se mobilisent  et mettent en oeuvre  de véritables ruptures sociales et économiques  comme  l'appropriation sociale .

 

M.-Cl. Herboux est membre de la FASE (Calvados)