Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Horizons d'émancipation

La 4 de couv'

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

SE FÉDÉRER POUR L'ÉMANCIPATION

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Imprimer cet article

Idées / Fromage et dessert

Le doigt dans le clafoutis - Les révolutins

Le rideau s’ouvre. Le cynisme est à la fête. Sur scène : de grands banquiers, un trader, le président de la République, son Premier ministre, le gouverneur de la Banque centrale, de huileux conseillers de cour. Tous hommes. Après avoir lessivé le peuple, s’être rincés avec des prêts et des emprunts toxiques, voilà que les banquiers exigent de nouveaux lingots. Ils sonnent aux portes de l’État pour demander leur renflouement dans la machine à faire mousser la dette et essorer le peuple avec austérité.

C’était au Pré-Saint-Gervais (93), un soir de décembre, dans un appartement chaleureux, bondé. Pour une lecture tonique D’un retournement l’autre(1), comédie sérieuse sur la crise financière, en quatre actes et en alexandrins, de Frédéric Lordon, économiste atterré. Mise en espace par Luc Clémentin, directeur artistique depuis 2002 de la Compagnie Ultima Chamada(2), dont les comédiens – bermudas et nœuds papillon – avaient un air de révolutins.

La force du texte ? Rendre visible, l’invisible.

« Vos actes sont parlants, surtout leur hiérarchie,

Qui disent quel est l’ordre où les gens sont servis :

D’abord les créanciers, le peuple s’il en reste,

Voilà en résumé la trahison funeste. »

dit au Premier ministre le "Nouveau deuxième conseiller" (acte IV, scène 3.)

Tant que l’argent dirigera le monde, nous en manquerons, susurre la pièce. La programmer partout est un acte d’intérêt public. Les beaux quartiers ayant aussi leurs révolutins, Le Front de gauche pour une alternative sociale et écologique Paris-centre a décidé de donner D’un retournement l’autre, samedi 28 janvier, dans une interprétation des Commandos culturels du PG(3). Venez-y à pied, en train ou en vélo.

Rideau ? Non ! Tomate et cerise. Celles de Laura Raim dans L’Expansion :

« La farce est publiée et elle fait sensation

Il ne reste plus qu'à faire la révolution. »

(1) Editions du Seuil - 2011

(2) contact : Maud de Balby : ultima_chamada@yahoo.fr

(3) mise en scène : Christophe Laluque