Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Editoriaux

Dénominateur commun

La désignation de MACRON champion de la terre par les Nations Unies s’inscrit dans une stratégie globale, qui vise à promouvoir le capitalisme vert comme réponse aux luttes qui montent devant l’urgence climatique. Ainsi, il suffirait de convaincre les actionnaires de prendre en compte les problématiques écologiques dans leur « business plan » et le marché ferait naturellement le reste.

Mais la réalité confirme la vanité de tels espoirs ; l’observatoire climat énergie constate que la France part à la dérive par rapport aux objectifs qu’elle s’est elle-même fixés. L’exemple de l’industrie automobile est significatif, les grands constructeurs ont préféré tricher en minorant le niveau de production de CO2 de leurs moteurs plutôt que d’investir pour le réduire.

Combattre le réchauffement climatique implique une vision macroéconomique sur le long terme, or les capitaux privés, ont par définition, une approche microéconomique et leur vocation est d’assurer à leurs détenteurs une rentabilité maximum immédiate. Il ne peut donc y avoir de nouveaux rapports à la nature sans perspective de dépassement du capitalisme. Cela vaut pour l’ensemble des luttes sociales et émancipatrices, contre les exploitations et les discriminations.

Car le capitalisme, à la recherche de nouveaux terrains d’interventions toujours plus rentables, organise la mise en concurrence des travailleurs et des territoires. Les conséquences sociales, sociétales et environnementales qui en résultent nourrissent la peur de l’autre, donc le repli identitaire et l’aspiration à se protéger en fermant les frontières.

Pour démythifier cela il convient de faire monter la prise de conscience de ce lien solidaire entre les humains dans un monde ouvert et fraternel. Solidaire au sens de la définition du petit Robert : « se dit de personnes qui sont ou se sentent liées par une responsabilité ou des intérêts communs. »

C’est bien cela, au-delà des frontières nous avons des intérêts et des responsabilités communes. Et donc le repli sur soi est une solution illusoire, au contraire, c’est ensemble qu’il faut construire une société alternative au capitalisme, solidaire et fraternelle.

À voir à entendre à lire

SEXE, race et colonies

(Dir. Pascal Blanchard, Christelle Taraud, Françoise [...]

Lire la suite

À voir à entendre à lire

«Vous avez dit libre ? »

« Libre » Film de Michel Toesca

Lire la suite

Editoriaux

Dénominateur commun

La désignation de MACRON champion de la terre par les Nations Unies [...]

Lire la suite

- Articles précédents

Aujourd'hui / Sur le plateau

Interventions

L'association des communistes unitaires avait demandé aux invités de son séminaire de mars 2017 de contribuer à éclairer la nature du lien que la France entretient avec ses anciennes [...]

Lire la suite

Aujourd'hui / Sur le plateau

Accords

Depuis le début des années 2000, l’Union Européenne empile de nombreux accords de « partenariats » et de « coopération » avec les pays d’émigration et de transit.

Ces [...]

Lire la suite

Sur le plateau - Articles précédents

Hier / On réfléchit

Un nouvel élan à Cerises

Donner un nouvel élan à Cerises, c’est lui être d’une fidélité inventive. Pour moi le « pourquoi » et le « vers quoi » tiennent en trois points :

1/ Lien d’expression et d’information, des idées actuelles et inactuelles, des pratiques, des bifurcations et subversions qui étendent les champs de l’émancipation et de la démarchandisation ; les deux fondamentaux d’un nouvel âge de l’humanité où la [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Pourquoi j'aime les cerises

Pourquoi j'aime les cerises?

D’abord, parce qu’elles sont rouges. C’est de naissance : j’aime le rouge !

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Favoriser le mouvement des gens du commun

Construire une nouvelle culture politique et se projeter tout de suite dans le post-capitalisme pour donner du sens à nos combats quotidiens, c’est le projet de Cerises depuis le départ. Avec la nouvelle équipe qui se met en place, nous allons nous atteler à la lourde tâche de poursuivre ce projet qui me paraît encore plus nécessaire aujourd’hui.

C’est une équipe provisoire qui travaille aux prochains numéros. [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

La construction d'un espace ouvert

Mes collègues de l’équipe éditoriale vous dirons, mieux que je ne saurai le faire, combien la situation actuelle porte en elle l’exigence d’une construction alternative impliquant la remise en cause résolue de cette société capitaliste.

Lire la suite

Hier / On réfléchit

La publication est un outil essentiel

Je fais partie de l’OMOS depuis 20 ans environ et du mouvement Ensemble après avoir été à la Fase. Je participe donc d’une réflexion et analyse politique anticapitaliste...  et émancipatrice.

A l’OMOS nous avons longtemps édité une «  brochure » à partir de nos travaux, puis un bulletin, et en dernier lieu  nous avons contribué à la revue Contretemps… ceci dit assez combien je considère que la publication est un outil [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Je rêve de Cerises

Cerises n’est pas un journal, c’est un lieu. Dans les années complexes que nous venons de traverser, il fut pour moi (et pour beaucoup) un refuge, ou pour filer la métaphore alpine un cairn, un point de repère pour s’orienter.

Et maintenant à quoi doit ressembler ce lieu ? Je rêve d’un espace qui agisse comme révélateur de possible, qui nomme là où l’émancipation se cherche, là où les luttes touchent à la [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Faire la politique soi-même

Pour ne pas être déçu de la politique il faut la faire soi-même. Parce que dans une autre vie j'attendais que « la ligne » me tombe toute cuite dans le bec et qu' au mieux je changeais une virgule lors du congrès. Parce que je "viens de vivre" 40 années successives d'inefficacité de la gauche et qu'aucun de mes bulletins de vote n'a fait bouger quoi que ce soit. Parce que je sais désormais que personne ne m'a [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Participer à la formation d'un corpus politique

Co-fondateur et animateur de l’Association Autogestion (www.autogestion.asso.fr), j’ai décidé de rejoindre l’équipe de Cerises. La gauche a, depuis de trop nombreuses années, oublié sa vocation : une transformation sociale de la société qui ferait disparaître les actionnaires. À cela, une raison profonde : le double échec du « socialisme réellement existant » et des expériences de gouvernements [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

En prenant le mal à la racine, on peut vivre autrement.

Comment, sans geindre, interroger les échecs de luttes pourtant massives ? Nous allons être confrontés à la question des retraites, de l’ensemble de la protection sociale et de la santé ou de l’assurance chômage comme nous sommes confrontés aux délocalisations, à la stigmatisation des pauvres, particulièrement des migrants ou au dérèglement climatique… Si la protestation peut mobiliser elle ne suffit pas pour [...]

Lire la suite

Hier / On réfléchit

Un outil de mise en débat

Cerises a été pendant plusieurs années un outil utile de mise en débat des choix politiques de transformation sociale, un lieu de confrontation d’idées et de points de vue, un lieu de confluences et d’échanges. Remercions l’équipe précédente pour son excellent travail.

Il faut maintenant poursuivre ce travail. Il est important pour la gauche radicale d’avoir des lieux où personne ne prétend détenir la vérité [...]

Lire la suite

On réfléchit - Articles précédents

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité