Qui sommes-nous ? Charte du site Participer S'abonner Soutenir Liens

Appel

Note d'actualité

Sur le plateau

Rubriques

Altercommunisme

Altercommunistes

Séquences

Cerises

Sélection

Editoriaux

À la reconquête de la sécu

La bourgeoisie n'a jamais vraiment admis le principe même de la Sécurité sociale : « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. » Pas très capitaliste !

Des ordonnances gaullistes de 1967 instaurant la parité entre patronat et syndicats à l'étatisation rampante (critères de convergences de l'Union européenne obligent, le budget de la Sécurité sociale étant inclus dans les dépenses publiques) une lente offensive a érodé le fonctionnement de la Sécurité sociale. Aujourd'hui, Macron cherche à porter le coup de grâce. En fidèle de l’idéologie néo-libérale, il met l'accent sur le capital (mérite, effort, talent, etc...) que chaque individu est libre de faire fructifier : « le pilier premier de la politique sociale à laquelle je crois est une politique de l'émancipation de chacun qui libère du déterminisme social, qui s'affranchit des statuts » (Discours de Versailles le 10 juillet 2018).

On nous gave avec la notion de charges patronales. C’est une astuce, elles ne sont pas prises sur les revenus du capital mais sur la valeur ajoutée. C’est comme si on disait que les salaires étaient pris sur la part patronale ! Pour accroître encore l'intérêt du capital, l’État se limiterait à assumer une couverture minimale qualifiée abusivement d'universelle. Pour le reste, c'est au libre choix des personnes : si vous avez les moyens vous souscrirez une assurance, sinon il vous restera la charité vantée par Macron lors de son homélie aux évêques le 9 avril 2018 en saluant leur rôle auprès « de la part la plus fragile de notre pays. »

Les capitalistes veulent la mort de la Sécurité sociale. Pour y faire face, il faut débarrasser ses instances de la présence du capital, en confiant sa vie et son organisation au peuple sous des formes électives avec des mandats de durée resserrée.

Dénoncer les raisons et combattre les effets des choix jupitériens est une nécessité, mais cela restera insuffisant pour espérer les enrayer. Il est impératif de mettre en débat d'autres choix politiques radicalement opposés au néo-libéralisme assumé. Il faut oser affirmer qu'une autre société est non seulement possible mais vitale pour l'avenir de l'humanité : une société libérée de l'avidité des détenteurs du capital, une société fondée sur des bases solidaires, une société où les besoins humains et le respect de l’environnement seront les seules sources des décisions communes.

Malgré l’offensive cherchant à la vider de son contenu et à la faire passer pour une charge, la Sécurité sociale préfigure la société post-capitaliste.

Humeurs de Cerises

002

Un grand nombre de guerres dans le monde ont pour cause réelle [...]

Lire la suite

Note d'actualité / Agenda

Agenda novembre 2018

24 novembre marche contre les violences sexistes et sexuelles

Lire la suite

Humeurs de Cerises

002

Un grand nombre de guerres dans le monde ont pour cause réelle l’accès à l’eau. Si on coupe le robinet, on assèche les guerres ?

Lire la suite

Aujourd'hui / Sur le plateau / Table ronde

Que manque-t-il à nos luttes pour devenir victorieuses ?

Cerises

Dans la pratique les luttes se fixent sur le rejet de mesures provoquées par les forces du capital et on renvoie de fait toute visée post-capitaliste à plus tard. Cette [...]

Lire la suite

Aujourd'hui / Note d'actualité

Le capitalisme ne supporte plus la contestation

Une aide-soignante en Ehpad licenciée pour avoir témoigné dans Envoyé spécial, trois étudiants poursuivis pour violence contre des policiers à la fac de Nanterre lors des protestations [...]

Lire la suite

Aujourd'hui / Note d'actualité

L’angle aveugle d’un congrès

Le parti communiste français vit un moment étrange de son existence. Son congrès extraordinaire doit discuter sur la base d'une « base commune » qui n'est pas, après le vote de [...]

Lire la suite

Aujourd'hui / Le goût de la cerise

« Un peuple et son roi » de Pierre Schoeller.

Depuis 1910 la Révolution française est à l’écran : parmi les premiers ce court métrage « André Chenier » de Louis Feuillade en passant par « Marie-Antoinette » de [...]

Lire la suite

- Articles précédents

Hier / Sur le plateau / Table ronde

Les frontières de l'émancipation

Agnès Antoine Tous Migrants, Briançon

Said Bouamama Sociologue, cofondateur du Front uni des immigrations et des quartiers populaires

Lire la suite

Télécharger
le dernier numéro

Cerises :
tous les numéros

Aujourd'hui

Hier

Actualité